VRAI OU FAKE Dérèglement climatique : l'avenir de la planète se joue-t-il vraiment dans les dix-huit prochains mois ?

Cette échéance, mise en avant par plusieurs médias ces derniers jours, n'est pas juste symbolique : pour plusieurs militants écologistes, des décisions doivent absolument être prises d'ici fin 2020.

Les vagues éclaboussent une femme devant des maisons côtières lors d\'une marée haute à Bombay, en Inde, le 4 juillet 2019.
Les vagues éclaboussent une femme devant des maisons côtières lors d'une marée haute à Bombay, en Inde, le 4 juillet 2019. (FRANCIS MASCARENHAS / REUTERS)

Sur franceinfo.fr, l'article fait partie des plus lus depuis deux jours. Plusieurs médias français (Sud Ouest, Loopsider ou encore le magazine Géo) et anglo-saxons, entre le mercredi 24 et le lundi 29 juillet, se sont aussi fait l'écho de cette affirmation alarmante : il ne resterait que 18 mois pour sauver la Terre du dérèglement climatique

De quoi renforcer le sentiment d'urgence qui gagne une part grandissante de la population, à en croire les résultats des élections européennes et l'affluence des marches pour le climat. Mais d'où sort cette estimation, aux airs de sentence définitive ? Est-elle le résultat d'une nouvelle étude ou d'un nouveau rapport ? L'avenir de la planète se joue-t-il vraiment à quitte ou double d'ici à la fin 2020 ? Franceinfo s'est penché sur cette échéance, qui en rappelle une autre, et son émergence en apparence soudaine.

D'où provient cette information ?

Pourquoi plusieurs médias français ont-ils soudainement consacré des articles et des vidéos à cette idée d'une échéance cruciale, fixée à la fin 2020 ? Ceux-ci semblent avoir deux sources principales. Mise en ligne le 25 juillet, une vidéo du site Loopsider commence ainsi : "On pensait avoir douze ans pour sauver la planète. Il resterait en fait dix-huit mois". Si aucune source n'est citée, cette accroche rappelle fortement le titre d'une chronique publiée la veille par un journaliste de la BBC, également citée comme source par Géo. 

Spécialiste de l'environnement, Matt McGrath n'explique pas vraiment, dans son article, pourquoi il parle de cette échéance spécifiquement maintenant : "Il semble qu'il y ait un consensus grandissant sur le fait que les dix-huit prochains mois seront déterminants", écrit-il de façon vague. La déclaration "récente" qui semble avoir attiré son attention, et justifier l'article, est une phrase ... du prince Charles, même si des scientifiques interrogés confirment ensuite la pertinence de son observation.

D'autres médias, dont franceinfo.fr, ont de leur côté repris une dépêche publiée dimanche par l'agence britannique Reuters. A-t-elle été inspirée par l'écho de l'article de la BBC ? Si c'est le cas, elle ne le dit pas. Dans sa version anglophone, la dépêche s'ouvre plutôt par la description du spectacle d'un humoriste ayant pris le dérèglement climatique comme thème, et sur le fait qu'il coïncide avec la vague de chaleur. Ce n'est que plus tard dans l'article que des militants pour la préservation du climat mentionnent l'échéance des 18 mois, que l'article explique par le calendrier des futures négociations internationales, également détaillé par l'article de la BBC. Mais dans les deux cas, aucune actualité nouvelle ne semble expliquer cette attention renouvelée à l'importance de prendre des décisions fortes avant la fin 2020.

Cet échéancier est-il nouveau ?

Faire de la fin 2020 une date importante pour l'avenir de la planète n'est pas une nouveauté. "C'est un échéancier qui est connu par tous ceux qui travaillent sur les négociations politiques" sur le climat, explique à franceinfo Clément Sénéchal, porte-parole "politiques climat" de Greenpeace France. En novembre 2020 (donc dans seize mois plus exactement) se tiendra la COP26, organisée au Royaume-Uni. A cette occasion, "les pays signataires de l'accord de Paris sont censés réviser leurs engagements à la hausse, à la lumière du rapport du Giec d'octobre dernier", détaille le militant. Et, d'ici là, il faudra déjà qu'ils aient mis en œuvre les engagements de réduction des émissions de CO2 qu'ils ont déjà pris, ce qui n'est "pas vraiment le cas pour l'instant", euphémise Clément Sénéchal.

Le porte-parole de Greenpeace estime que "la crédibilité de l'action climatique internationale se joue d'ici à 2020". Si des engagements à la hauteur sont annoncés et appliqués, la décennie suivante pourra voir "une réduction drastique des émissions de CO2". Si ce n'est pas le cas, l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C d'ici à la fin du siècle deviendra "complètement improbable", prévient Clément Sénéchal.

Et si cette réunion internationale sera cruciale, d'autres échéances déterminantes auront lieu en amont. En septembre, un sommet spécial est convoqué à New York par les Nations Unies, et il sera déjà révélateur d'observer si les pays arrivent avec des engagements ambitieux ou non. La COP25 se tiendra ensuite en décembre au Chili, avant, l'an prochain, un G20 piloté par l'Arabie saoudite et un G7 accueilli par les Etats-Unis, deux pays qui ne sont pas vraiment au premier rang du combat contre les émissions de gaz à effet de serre ces dernières années. "Les dix-huit mois à venir seront cruciaux, mais chaque semaine et chaque jour qui passent sont cruciaux", résume Célia Gautier, de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme.

Un point de bascule pour le climat est-il crédible à cette date ?

Mais la COP26 ne sera pas le dernier sommet international sur le climat. Pourquoi alors insister sur cette date en particulier ? Parce qu'elle n'est pas juste une marqueur arbitraire sur un calendrier, que l'on pourrait repousser si besoin, alerte Célia Gautier. Depuis 2014, les scientifiques ont fait de 2020 une date symbolique : selon le Giec, si l'on veut limiter le réchauffement climatique à 2 °C d'ici à la fin du siècle, les émissions de CO2 doivent culminer au plus tard cette année-là, avant de commencer à décroître. "On sait déjà que si le point culminant est atteint en 2020, on aura du mal" à limiter à ce point le réchauffement, prévient celle qui est responsable climat-énergie de la fondation créée par l'ancien ministre.

A ses yeux, il n'est pas possible de simplement prendre du retard sur cet objectif : "On sait qu'en termes de climat, dès qu'on décale les choses, ça dérape complètement", explique-t-elle à franceinfo. Franchir certains seuils d'émissions risque d'entraîner des réactions en chaîne dévastatrices, dont l'ampleur est encore méconnue. Les possibles effets de la fonte du permafrost sont ainsi particulièrement inquiétants. De plus, l'accord de Paris, obtenu de haute lutte, "est pensé pour un monde à 2 °C de plus". Si cet objectif devient impossible à atteindre, et que le monde se dirige vers une hausse de 3 ou 4 °C des températures, "des pays entiers vont disparaître, ainsi que la moitié des espèces animales et végétales". Le texte signé en 2015 sera devenu complètement obsolète, et il faudrait en négocier un nouveau, avec Donald Trump, Jair Bolsonaro et d'autres dirigeants climatosceptiques au pouvoir.

Les dix-huit mois à venir ne sont donc pas simplement le moment d'élaborer des promesses pour l'avenir, mais d'engager des actions concrètes, explique Célia Gautier. La responsable de la Fondation Nicolas-Hulot cite, par exemple, la limitation drastique du transport routier et l'interdiction de la vente de véhicules diesel et essence d'ici à 2030, la suppression des logements "passoires énergétiques" d'ici à 2025, la non-ratification des prochains accords de libre-échange, la réduction de la consommation de viande... "Pour cela, il faut des investissements massifs. C'est un effort de guerre qu'il faut engager, martèle-t-elle. On l'a déjà fait, dans des circonstances dramatiques, et ce qui se joue est de cette ampleur. Et le scénario le plus coûteux est celui du laisser-faire".