VIDEO. COP21 : Jean-Louis Borloo, maître de cérémonie à la conférence sur l'Afrique

La France a promis, mardi, d'investir deux milliards d'euros d'ici à 2020 pour les énergies renouvelables en Afrique.

FRANCETV INFO

L'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo défend bec et ongles son projet d'agence dédiée à l'électrification de l'Afrique. Mardi 1er décembre, au Bourget, en marge de la COP21, il a fait le communicateur entre François Hollande et les douze chefs d'Etat du continent africain présents à la conférence sur le climat.

Jean-Louis Borloo avait plaidé à l'ONU pour l'électrification de l'Afrique, soulignant que la croissance accélérée qui en résulterait sur le continent tirerait la croissance mondiale. L'objectif est de faciliter l'accès à la lumière et à l'électricité pour 700 millions d'Africains qui en sont dépourvus.

Ce serait la tâche de cette agence dédiée, essentiellement panafricaine et qui serait financée par les pays développés à hauteur de cinq milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) par an pendant dix ans.

Deux milliards d'euros d'ici à 2020 pour les énergies renouvelables

Erosion, désertification, assèchement du lac Tchad : la France a promis deux milliards d'euros d'ici à 2020 pour les énergies renouvelables en Afrique, afin de régler une partie de "la dette écologique" des pays riches envers ce continent. "La France veut montrer l'exemple" et montrer qu'elle n'est pas simplement "le soutien aux forces africaines" comme au Mali et en Centrafrique, a lancé François Hollande.

Ban Ki-Moon, François Hollande, Jean-Louis Borloo et Laurent Fabius, Ségolène Royal assistent à la réunion africaine dans le cadre de la COP21, le 1er décembre 2015
Ban Ki-Moon, François Hollande, Jean-Louis Borloo et Laurent Fabius, Ségolène Royal assistent à la réunion africaine dans le cadre de la COP21, le 1er décembre 2015 (WITT / SIPA)