VIDEO. COP21 : 10 milliards de dollars déjà trouvés d'ici 2020 pour les énergies renouvelables en Afrique, affirme Fabius

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a précisé, en marge de la conférence sur le climat, que cette somme correspondait au coût nécessaire pour fournir dix gigawatts de nouvelles capacités de production d'énergie verte d'ici 2020.

FRANCETV INFO

Dix milliards de dollars ont déjà été trouvés d'ici 2020 pour le développement des énergies renouvelables en Afrique, annonce lundi 7 décembre le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en marge de la conférence sur le climat de Paris, la COP21. Ces fonds contribueront à une initiative de l'Union africaine pour développer les énergies renouvelables en Afrique.

"Dès ce mercredi matin, nous pourrons proposer les bases d'un accord", a lancé le ministre aux journalistes présents au Bourget lundi. "Il reste beaucoup de travail, mais l'esprit est positif", a-t-il déclaré. 

Sur la somme de 10 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros) pour l'Afrique, il a précisé qu'il s'agissait de soutenir une initiative africaine de développement des énergies renouvelables sur ce continent. Ces 10 milliards de dollars représentent "le coût nécessaire pour fournir ces 10 gigawatts" de nouvelles capacités de production d'énergie verte d'ici 2020, l'objectif fixé par l'Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique (AREI), a-t-il ajouté.

Onze pays européens favorables à une taxe sur les transactions financières

Pour Nicolas Hulot, conseiller du président François Hollande, les 100 milliards promis par les Etats à l'occasion de la COP21 ne doivent être qu'un plancher, et non pas un plafond. Il faut que, "d'ici 2020, un certain nombre d'Etats en Europe s'engagent sur des financements innovants qui viendraient compléter le dispositif", a souligné le militant écologiste. Onze pays européens devraient mardi se mettre d'accord sur une taxe sur les transactions financières, a-t-il noté.

Le secrétaire général de l\'ONU, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Christiana Figueres, responsable du département climat à l\'ONU, au Bourget, le 7 décembre 2015.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, Laurent Fabius et Christiana Figueres, responsable du département climat à l'ONU, au Bourget, le 7 décembre 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)