Effet de serre : 11 familles, dont une Française, assignent les instances européennes en justice

Les familles plaignantes estiment que leurs activités professionnelles sont menacées par le changement climatique en Europe. Selon elles, la limitation des émissions de gaz à effet de serre est insuffisante.

Le drapeau de l\'Union européenne devant le Parlement européen, à Strasbourg.
Le drapeau de l'Union européenne devant le Parlement européen, à Strasbourg. (GEORGES GOBET / AFP)

C'est une première selon plusieurs associations : 11 familles d'Europe (dont une française), d'Afrique et du Pacifique assignent le Parlement et le Conseil européen devant la Cour de justice de l'Union européenne pour avoir autorisé un niveau trop élevé de gaz à effet de serre d'ici 2030, annonce, jeudi 24 mai, une coordination d'associations dont l'ONG française Notre affaire à tous.

Il s'agit, selon ces associations, de la première action en justice pour le climat au niveau de l'Union européenne, "la première également à soulever la responsabilité de l'Union d'agir pour l'ensemble des citoyen-ne-s du monde".

Une limitation des émissions jugée insuffisante

Ces familles attaquent les trois nouvelles "législations climat" européennes en cours de publication pour la période 2021-2030. Selon les ONG, "elles ne permettent pas d'atteindre les objectifs fixés pour 2030".

Ce recours demande à la justice européenne de considérer comme inadéquate la limitation des émissions de gaz à effet de serre, actuellement fixée à -40% d'émissions d'ici 2030, par rapport à 1990, et de la juger insuffisante "pour protéger les droits fondamentaux liés à la vie, la santé, l'activité et la propriété". Les plaignants demandent de fixer cette baisse à -55% par rapport à 1990.

La famille Feschet vit Grignan, en Provence, où elle exploite une production de lavande depuis trois générations.
La famille Feschet vit Grignan, en Provence, où elle exploite une production de lavande depuis trois générations. (NOTRE AFFAIRE A TOUS / PEOPLE'S CLIMATE CHANGE)

Des activités professionnelles en péril

Les familles plaignantes estiment que leurs moyens de subsistance sont ou seront menacés par le changement climatique en Europe : Maurice Feschet, représentant de la famille française et lavandiculteur à Grignan (Drôme) dit redouter des "pertes réelles de récoltes en Provence à cause des impacts du changement climatique".

Il s'agit également d'habitants de petites îles en mer du Nord et des Alpes italiennes, qui affirment que leur activité professionnelle liée au tourisme souffre de l'absence de neige. Des Fidjiens disent être affectés par l'intensification des cyclones. Mais aussi des Kenyans, qui déclarent souffrir de la sécheresse. Ces familles sont accompagnées, dans leur démarche, par des avocats et scientifiques.

La famille Guyo vit dans un village au Nord du Kenya, tout près de la frontière éthiopienne. Lerevenu principal de la famille provient de l\'élevage de chèvres.
La famille Guyo vit dans un village au Nord du Kenya, tout près de la frontière éthiopienne. Lerevenu principal de la famille provient de l'élevage de chèvres. (NOTRE AFFAIRE A TOUS / PEOPLE'S CLIMATE CHANGE)

Une pétition de soutien aux familles, sur le site est également lancée en parallèle sur le site peoplesclimatecase.caneurope.org.