Climat : une hausse de plus de deux mètres du niveau des océans d'ici 2100 est "plausible", avertissent des experts

Dans la dernière évaluation de référence, réalisée en 2014 par le Giec, le pire des scénarios ne prévoyait qu'une montée de moins d'un mètre.

Des touristes observent un morceau détaché du glacier Grey, dans le parc national Torres del Paine au Chili, le 29 novembre 2017.
Des touristes observent un morceau détaché du glacier Grey, dans le parc national Torres del Paine au Chili, le 29 novembre 2017. (REUTERS)

Ce ne sont que des estimations, mais elles sont plus alarmantes que jamais. La montée du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100, dans un scénario catastrophe où la température du globe augmenterait de 5 °C, concluent les experts auteurs d'une étude publiée dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences, lundi 20 mai.

Ces 22 experts donnent leurs estimations dans un scénario optimiste et un scénario pessimiste. Dans le scénario optimiste, celui d'un réchauffement de la planète de 2 °C par rapport à l'époque pré-industrielle (la terre s'est déjà réchauffée de 1 °C depuis), leur prédiction médiane est une montée des océans de 69 cm par rapport à 2000, et elle pourrait varier entre 36 et 126 cm.

Le scénario pessimiste est un réchauffement de 5 °C, ce qui arriverait si la trajectoire actuelle des rejets de gaz à effet de serre par les activités humaines continuait sans être infléchie. Dans ce cas, la prédiction médiane est une hausse de 111 cm, et elle pourrait être bien supérieure : il existe un risque de 5% que la hausse dépasse 238 cm dans ce scénario, estiment les experts.

Près de 200 millions de personnes menacées par une montée de deux mètres 

"Nous concluons qu'il est plausible que la montée du niveau des mers dépasse deux mètres d'ici 2100 dans notre scénario de haute température", insistent les auteurs. Cela se traduirait par la perte de 1,79 million de kilomètres carrés de terres, et le déplacement de 187 millions de personnes, selon eux.

La dernière estimation de référence, réalisée par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), en 2014, estimait le pire des scénarios à juste en-dessous d'un mètre d'élévation du niveau des océans à la fin du XXIe siècle, par rapport à la période 1986-2005. Depuis, les modèles des experts pour estimer l'ampleur de la fonte des glaces, facteur crucial mais imprévisible de la montée des eaux, ont progressé.