Chaleur, sécheresse, foudre et donc incendies... L'Ouest américain s'attend au pire ce week-end

C'est dans l'Etat de l'Oregon, au nord de la Californie, que la situation est la plus inquiétante : le "Bootleg Fire", un incendie déjà plus grand que la ville de New York, ne cesse de grossir. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un hélicoptère tente verse de l'eau sur le "Bootleg Fire", un gigantesque incendie en Californie (Etats-Unis), le 15 juillet 2021.  (PAYTON BRUNI / AFP)

De la foudre, du vent, un mercure élevé et une sécheresse alarmante... L'Ouest américain déjà ravagé par les incendies se préparait au pire, vendredi 16 juillet, face à un cocktail de prévisions météorologiques propices à l'émergence de nouveaux brasiers ce week-end.

C'est dans l'Etat de l'Oregon, au nord de la Californie, que la situation est la plus inquiétante. Le "Bootleg Fire", un incendie déjà plus grand que la ville de New York, ne cesse de grossir. Des dizaines d'habitations ont déjà été détruites et au moins 2 000 personnes ont dû évacuer la zone précipitamment.

Orages secs en prévision

Très proche de la Californie, l'incendie menace aussi le réseau électrique de cet Etat et les autorités veulent à tout prix éviter que des millions de personnes soient plongées dans le noir, comme ce fut le cas les années précédentes lorsque le réseau était trop sous tension.

Au cercle vicieux dans lequel l'Ouest américain est plongé cet été – des canicules à répétition et une sécheresse qui transforment la zone en poudrière  devrait s'ajouter un nouvel élément perturbateur ce week-end : la foudre. Un spécialiste du climat de l'université d'UCLA s'est ainsi dit "assez inquiet des orages secs qui pourraient tomber dimanche et lundi".

Des fumées toxiques au Canada

La situation n'est pas beaucoup plus clémente dans le Canada voisin. Au menu, chaleur, incendies... et fumée toxique. Des alertes sur la qualité de l'air ont été émises dans quatre provinces du pays.

Les autorités s'attendent aussi à des températures élevées ces prochains jours, de l'Alberta à l'Ontario, quoique pas aussi extrêmes que les 49,6°C enregistrés près de Vancouver il y a trois semaines.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.