VIDEO. Avec la canicule, on craint un vrai "phénomène épidémique", selon l'urgentiste Patrick Pelloux

Le médecin-urgentiste qui avait dénoncé le 10 août 2003 la gestion de la canicule dans les hôpitaux, s'est rendu mercredi à l'hôpital de Troyes (Aube), pour une visite du dispositif d'urgence sanitaire.

En période de forte chaleur, comme ce mercredi 1er juillet dans une bonne partie de la France, on se rappelle de la canicule de l'été 2003. Elle avait fait 15 000 morts entre le 4 et le 18 août, particulièrement dans la région Centre et en Ile-de-France, selon les chiffres de Météo France et de l'Inserm.

Sur l'ensemble de l'été 2003, le nombre des morts dus aux fortes chaleurs avait atteint le chiffre 19 490 en France (20 089 en Italie), selon une étude bilan de l'Inserm en 2007. Le médecin-urgentiste Patrick Pelloux, qui avait dénoncé le 10 août 2003 la gestion de la canicule dans les hôpitaux, est à l'hôpital de Troyes (Aube) pour une visite du dispositif d'urgence sanitaire. Il redoute toujours l'afflux massif de malades en période de canicule : "On ne sait pas où on va, c'est vraiment un phénomène épidémique. On construit l'histoire parce qu'il va y en avoir de plus en plus avec le réchauffement climatique."

Vigilance orange pour la canicule dans 47 départements

La vigilance orange pour la canicule concerne désormais 47 départements, soit sept de plus que mercredi matin, a indiqué Météo France.

Par ailleurs, l'urgentiste, qui est aussi chroniqueur de Charlie Hebdo, a été décoré lundi de la Légion d'honneur par François Hollande. Le président de la République a souhaité ainsi distinguer un homme qui a fait "le bien" et, à travers lui, rendre hommage aux victimes des attentats du 7 janvier.

Le médecin-urgentiste Patrick Pelloux, collaborateur à \"Charlie Hebdo\", lors du concert organise par Reporters sans Frontières, place de la République, à Paris, en mai 2015.
Le médecin-urgentiste Patrick Pelloux, collaborateur à "Charlie Hebdo", lors du concert organise par Reporters sans Frontières, place de la République, à Paris, en mai 2015. (SADAKA EDMOND / SIPA)