Vidéo La canicule fait suer les écoles

Publié Mis à jour
L'oeil du 20h - canicule dans les écoles
Article rédigé par
France Télévisions

Le mercure crève le plafond, et la vague de chaleur s'abat sur la France même en période scolaire. Dans les écoles, collèges et lycées, l'Éducation nationale a émis des recommandations officielles en période de canicule. Mais sont-elles seulement applicables ? L'œil du 20 heures a pris la température sur les bancs de l’école.

À Toulouse, mercredi matin, beaucoup d’élèves entraient en classe à reculons. "Il fait trop chaud on est obligés de s’hydrater tout le temps", "en plus en cours on ouvre pas les fenêtres", "les robinets d’eau y en a très peu, on ne peut pas boire" se lamentent trois élèves devant le collège Marcelin Bertholot, dans le centre de Toulouse.

Des professeurs partout en France nous ont envoyé des photos de thermomètres dans leur classe : plus de 31 degrés à l’intérieur de nombreux locaux scolaires, dès le matin. Et ce n’est pas anodin selon Anne De La Vallée, infirmière scolaire et représentante du syndicat SNICS-FSU.

"Il y a un enjeu sanitaire. Le problème va être les risques de malaise avec la chaleur en plus du stress du bac qui se rajoute, donc les risques sont majorés."

Anne De La Vallée, infirmière scolaire

à l'œil du 20 heures

Cette semaine, le ministère de l’Éducation nationale a bien adressé des recommandations aux directeurs d’école pour prévenir les effets de la canicule. Des conseils de bon sens, comme par exemple : “maintenir les stores ou volets fermés lorsque la façade est ensoleillée”.

Manque de moyens

Encore faut-il que les classes soient équipées de stores. Dans de nombreuses écoles, ce sont de simples cartons qui font office de protection contre le soleil et la chaleur. À Toulouse, les professeurs ne demandent pas des climatiseurs, juste le strict minimum.

Il faudrait des rideaux tout simplement, des stores. En 2019 on avait déjà fait remonter le fait qu’on manque de moyens.

Maeve Le Quentrec, professeure d'histoire géo, syndicat Snes-fsu

à l'œil du 20 heures

Une situation qui interroge aussi Camille Lanos, parent d'un élève au collège Berthelot et membre de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) : "Ce bâtiment a été rénové en 2012, comment se fait-il qu'il n’y ait pas de volets aux fenêtres pour empêcher le soleil de taper dans les carreaux ?"

À Toulouse, le Conseil départemental dit consacrer 25 millions d’euros par an à l’isolation de ses collèges. Quant au ministère de l’Éducation nationale, il dit réfléchir depuis trois ans à l’évolution du bâti scolaire face aux enjeux du dérèglement climatique.

Parmi nos sources :

Dans sa réponse à notre sollicitation, le ministère de l'Éducation nationale a tenu à préciser que "l’ensemble des actions identifiées (végétalisation, protection des façades, isolation, amélioration de l’aération, etc.) ont été éligibles au volet du plan de relance dédié à la rénovation énergétique des bâtiments des collectivités territoriales doté de près de 1,3 milliard d’euros. Ce plan accordait une priorité aux bâtiments scolaires et permet d’améliorer significativement le confort dans 2 000 écoles, collèges et lycées."

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.