Cet article date de plus de quatre ans.

L'épisode de canicule en juin a provoqué une hausse de la mortalité de 13% chez les 15-64 ans

La direction générale de la santé, Santé publique France et la direction générale du travail ont publié un bilan de la canicule de juin vendredi. La vague de chaleur serait responsable de 580 décès cet été. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des ouvriers sur un chantier le 18 juillet 2017 à Nantes (Loire Atlantique).  (EDDY LEMAISTRE / MAXPPP)

L'épisode caniculaire survenu du 17 au 25 juin 2017 a provoqué une hausse des indicateurs de la mortalité au niveau national de 6% par rapport à la normale, selon un communiqué de la direction générale de la santé, de Santé publique France et de la direction générale du travail. La vague de chaleur serait responsable de 580 décès supplémentaires. Elle avait concerné près de 87% de la population, soit plus de 56 millions de personnes.

La tranche des 15-64 ans particulièrement touchée 

Cette hausse touche particulièrement la tranche des 15-64 ans pour lesquels la mortalité a augmenté de 13%. Plusieurs décès, suspectés d'avoir un lien avec la chaleur, ont par ailleurs été signalés sur le lieu de travail des individus. Une preuve de la nécessité de renforcer la prévention en milieu professionnel. 

"Les Directions régionales de l'économie, de la concurrence et de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE) invitent les entreprises à adapter l'organisation du travail en prévision de fortes chaleurs", précise le communiqué.

Au contraire, il n'y a pas eu d'excès significatif de mortalité chez les 65 ans et plus, lors de la vague de chaleur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canicule

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.