Cet article date de plus de cinq ans.

Canicule : 43 départements toujours placés en vigilance orange du Nord jusqu'aux Landes

Météo France alerte sur un "épisode de canicule nécessitant une vigilance particulière pour les personnes sensibles ou exposées".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enfants se rafraîchissent dans des jeux d'eau à Nice, le 24 août 2016. (MAXPPP)

Près de la moitié de la France en alerte. Quarante-trois des 96 départements français restent placés en vigilance orange canicule par Météo France, samedi 27 août. La zone concernée couvre une large bande, allant des Landes, dans le Sud-Ouest, à la frontière belge, jusqu'à la Moselle. 

Dans le détail, les départements concernés sont : l'Aisne, l'Allier, les Ardennes, l'Aube, la Charente, le Cher, la Côte-d'Or, la Creuse, l'Eure-et-Loir, la Gironde, l'Indre, l'Indre-et-Loire, le Jura, les Landes, le Loir-et-Cher, la Loire, le Loiret, le Lot, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, la Nièvre, le Nord, le Pas-de-Calais, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Saône-et-Loire, la Haute-Saône, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, la Vienne, la Haute-Vienne, les Vosges, l'Yonne, le Territoire de Belfort, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et enfin le Val-d'Oise.

De fortes chaleurs jusqu'à dimanche

L'épisode de canicule "durera jusque dimanche voire lundi pour les départements les plus à l'est", prévient Météo France. Ce samedi, une nouvelle hausse des températures est attendue par l'ouest et les températures maximales atteindront de 35 à 38 degrés du sud-ouest au bassin parisien, sur le grand est et en Rhône-Alpes.

"Cet épisode de canicule sera particulièrement sensible dans les zones urbaines", prévient Météo France, qui assure qu'après "une nuit de samedi à dimanche encore chaude, une baisse notable des températures s'amorcera par l'ouest dans la journée de dimanche".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canicule

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.