Canicule : les pompiers très sollicités

A Villeurbanne, près de Lyon (Rhône), les malaises liés à la chaleur ne cessent d'augmenter.

France 3

Pas de vacances pour les ambulances des pompiers. À Lyon (Rhône), mardi 7 août 2018, les secours interviennent pour un malaise à domicile : une femme de 75 ans a besoin d'aide. Elle présente les symptômes du coup de chaleur. Rythme cardiaque, tension... Le médecin recueille les informations avant d'appeler le Samu. Par précaution, la dame est transportée vers l'hôpital le plus proche. Avec la canicule qui s'éternise, les secours se multiplient. Le centre d'appel des pompiers du Rhône ne chôme pas. Malgré les départs en vacances, les pompiers ont enregistré un pic d'activité en juillet avec 18% d'interventions en plus par rapport à juillet 2017.

Plus de malaises et d'accidents cardiaques

"Il y a un certain nombre de gens qui sont sensibles, faibles et cette situation caniculaire vient aggraver tout simplement la sensibilité des personnes", raconte le Colonel Serge Delaigue, responsable du service départemental d'incendie et de secours (SDMIS) du Rhône : "On a fait 11 700 interventions au mois de juillet, soit 380 par jour." Plus de malaises, d'accidents cardiaques, de détresse respiratoire, qui souvent, pourraient être évités. L'adjudant Didier Dupir, chef opérateur au centre d'appel SDMIS Rhône conseille d'adapter son mode de vie à la température : "passer la tondeuse à 14 heures alors qu'on a des problèmes cardiaques et qu'il fait 40 degrés dehors, ce n'est pas le plus judicieux." Deux décès ont été constatés mardi 7 août 2018, mais difficile de savoir s'ils sont vraiment liés à l'épisode caniculaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un camion de pompier.
Un camion de pompier. (LOIC VENANCE / AFP)