"C'est dans les églises ou les parcs que je me sens au frais" : les sans-abri à l'épreuve de la canicule

A Toulouse, plusieurs associations viennent en aide aux sans-abri pour les protéger des fortes chaleurs.

Les sans-abri souffrent particulièrement de la canicule.
Les sans-abri souffrent particulièrement de la canicule. (DLABORDE / MAXPPP)

Alors que la canicule persiste sur une majeure partie de la France samedi 4 juillet, les sans-abri souffrent particulièrement de la chaleur. A Toulouse, trois associations se coordonnent pour ne pas les laisser sans solution : le Secours catholique, la Banque alimentaire et l'Oustalado.

Antoine, 65 ans dont 20 ans de rue, est venu s'abriter à l'Oustalado, un lieu ouvert tout l'été pour les sans domicile fixe. "Je cherche toujours l'ombre, à ne pas trop marcher. C'est plutôt dans les églises que je me sens bien au frais, et dans les parcs", explique-t-il. "A Toulouse plages, je m'assoie à côté des brumisateurs", poursuit-il.

"Se sentir propre"

Eddy galère lui aussi pour se protéger de la chaleur écrasante. "On essaie de trouver des fontaines pour se baigner, pour les chiens aussi", témoigne-t-il. A l'Oustalado, les sans-abri peuvent se mettre au frais, mais aussi laver leur linge ou encore prendre une douche. Avec cette chaleur, se laver est "une nécessité", confie une femme sans domicile fixe, pour essayer, dit-elle, "de rester le plus digne possible".

Le reportage de Frédéric Bourgade
--'--
--'--