Cet article date de plus d'un an.

"Il y a un arrière-goût étrange" : à Marseille, des dîners préhistoriques organisés dans la réplique de la grotte Cosquer

Au cœur de la réplique de la grotte Cosquer à Marseille, des dîners insolites sont organisés pour découvrir le goût de la préhistoire.
Article rédigé par Olivier Martocq
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Au sein de la réplique de la Grotte Cosquer à Marseille, le 1er juin 2022. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Manger comme nos ancêtres il y a 30 000 ans. C’est l’expérience qui est proposée sur l’esplanade du Vieux-Port à Marseille dans le bâtiment qui abrite depuis cet été la réplique de la grotte Cosquer. Devant les fourneaux ou plutôt un feu de bois, se tient un chef réputé qui est aussi historien. "Le principe, c'est de permettre au public de découvrir probablement le goût de la préhistoire, explique Emmanuel Perrodin.

>> À Marseille, la réplique de la grotte Cosquer a déjà fasciné un demi-million de visiteurs

"Comment le fromage a-t-il été découvert ? Une des hypothèses, c'est qu'un chasseur est en train de dépecer un jeune mammifère qui vient de téter sa mère, explique l'historien. Le lait est encore présent dans la panse. Il a caillé et c'est bon. On va essayer de mettre en scène. On a fait cailler un peu de lait ce matin. On va le servir dans du cuir avec des tripes et il y a un peu des éléments aromatiques qu'on peut trouver dans la campagne environnante..."

Un goût surprenant

Six plats au total sont proposés sur des galets, des écorces d'arbres ou encore des nids d'oiseaux. À chaque fois, il faut, dans la semi-pénombre de la grotte, découvrir les mets présentés. "Le jus, ce n'est pas du jus d'oursin, c'est du jus de chevreuil aussi, je crois", tente de deviner un participant. "Je n'arrive pas à gober l'œuf, s'exclame une participante. "Il y a un arrière-goût étrange. Oh un œuf couvé ! Ça me dégoûte !", lance-t-elle en souriant.

Le goût brut des aliments, souvent faisandé, est surprenant. La grande frustration pour les hommes modernes que nous sommes, c'est l'absence de sucré. Il n'y a pas de dessert dans un menu préhistorique. Autre surprise de taille, le repas que nous venons d'avaler et qui ne nous semble pas particulièrement copieux, représente pour nos ancêtres un festin qui les faisait tenir trois jours.

Ces dîners préhistoriques accueillent chaque soir une centaine de convives, trois étaient prévus au départ, mais devant l’engouement qu’ils suscitent des dates vont être rajoutées. La réservation se fait en ligne sur le site de Marseille Provence gastronomie.

Des diners préhistoriques à la Grotte Cosquer - Olivier Martocq

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.