Cet article date de plus de dix ans.

Un jeune homme de 19 ans, soupçonné d'appartenir au groupe de pirates "Lulzsec" a été arrêté mardi près de Londres

Le FBI et Scotland Yard ont mené l'opération dans une maison de banlieue à Wickford, dans l'Essex, au nord-est de Londres. "Nous pensons qu'il s'agit d'une interpellation importante", a précisé à l'AFP une source policière.Lulzsec diminutif de "Lulz Security" est à l'origine d'attaques (dîtes DDOS) contre Sony et la CIA, entre autres.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'avatar du compte @Lulzsec sur Twitter (DR)

Le FBI et Scotland Yard ont mené l'opération dans une maison de banlieue à Wickford, dans l'Essex, au nord-est de Londres. "Nous pensons qu'il s'agit d'une interpellation importante", a précisé à l'AFP une source policière.

Lulzsec diminutif de "Lulz Security" est à l'origine d'attaques (dîtes DDOS) contre Sony et la CIA, entre autres.

Une importante quantité de matériel a été saisie sur place. Le suspect a été placé en garde à vue à Londres, a précisé la police qui a procédé à l'interrogatoire de l'interpellé.

Sur le compte où il a déjà annoncé dans le passé des attaques informatiques qui se sont révélées vraies, Lulzsec a, lui, minimisé l'arrestation dans ce : "On dit que le leader de LulzSec a été arrêté, que tout est fini maintenant ... mais attendez: nous sommes toujours là! Qui est le pauvre mec qu'ils ont pris?"

L'importance minime de l'arrestation semblait se confirmer mercredi matin. Selon , le jeune homme - qui se prénommerait Ryan - était simplement responsable du canal de messagerie instantanée (sur IRC ) et ne serait même pas membre du groupe Lulzsec, rapporte le site Numerama.com.

Pourtant Scotland Yard a précisé mardi dans un communiqué que cette interpellation avait été menée par ses spécialistes en cyber-criminalité " avec l'aide des services de renseignements" dans le cadre d'investigations sur "des fraudes et des malversations informatiques".

"Cette arrestation fait suite à une enquête sur des intrusions dans des systèmes informatiques et des attaques par déni de service distribué (ou DDOS, qui consiste à bombarder un site pour le paralyser NDLR) contre un certain nombre d'entreprises internationales et de services de renseignement perpétrées, semble-t-il, par le même groupe", a précisé la police britannique, qui a aussi travaillé en coopération avec le FBI.

Lulzsec, des pirates pour le fun
Lulzsec - dont le nom est un dérivé de l'acronyme "LOL" ("mort de rire" en langage MSN) - serait composé de seulement six personnes. Les pirates se présentent comme "une petite équipe de personnes aimant s'amuser" et luttant contre "l'ennui" qui pèse, selon lui, sur la cybercommunauté.

Lulzsec se défend jusqu'à maintenant de toute motivation crapuleuse.

LulzSec pourrait être une émanation d'un autre groupe de pirates, Anonymous, parfois qualifié de "Robin des bois" informatique et connu pour avoir attaqué les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard en réponse à leur décision de bloquer les versements au site WikiLeaks.

Attaques contre le site de la CIA, Sony, des sites gouvernementaux brésiliens
Les attaques DDOS du groupe ont dernièrement ciblé deux sites gouvernementaux brésiliens : Brasil.gov.br et Presidencia.gov.br. Mercredi matin, les deux sites web sont indisponibles.

La semaine dernière, le site public de la CIA, cia.gov, a été mis hors d'usage pendant deux heures.

Auparavant, le groupe s'était attaqué aux sites du Sénat américain et du bureau des affaires criminelles britannique (Serious Organised Crime Agency). Lulz Security a aussi affirmé avoir accédé à plus d'un million d'informations personnelles d'utilisateurs sur le site SonyPictures.com, une mauvaise nouvelle pour le groupe japonais, .

Une enquête a par ailleurs été ouverte en Grande-Bretagne sur le possible piratage d'informations provenant du recensement national de 2011. Mais le groupe a nié sur Twitter toute responsabilité dans cette dernière affaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.