Démarchages téléphoniques : des associations de consommateurs veulent faire interdire ce "harcèlement commercial"

Une pétition est lancée par plusieurs associations de consommateurs, dont l’UFC-Que Choisir, à partir de ce lundi, pour "mettre fin au fléau". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le site de Bloctel pour pouvoir bloquer son numéro au démarchage téléphonique.  (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

"Est-ce que c'est normal que des gens reçoivent 10 à 20 appels téléphoniques par jour ?", a affirmé lundi 20 janvier sur franceinfo Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir. Avec d'autres associations de consommateurs, ils dénoncent l'utilité de la liste Bloctel, censée empêcher les appels incessants. Ils lancent aussi une pétition "démarchage téléphonique : interdisons ce fléau", ce lundi. 

franceinfo : Votre idée, c'est de prendre le problème à la racine ?

Alain Bazot : C'est une première, toutes les organisations de consommateurs, et même les associations familiales sont vent debout contre cette pratique de harcèlement commercial. C'est aussi bien les opérateurs d'énergie que les assureurs ou les mutuelles. On a une multitude de grands opérateurs qui ne cessent d'harceler les consommateurs qui sont vraiment à bout. On ne comprend pas qu'on ne mette pas fin à ce fléau, qui est vraiment endémique en France. Il y a d'abord la tranquillité des gens. Est-ce que c'est normal que des gens reçoivent 10, 20 appels téléphoniques par jour ? Le deuxième point, c'est qu'il y a une corrélation extrêmement étroite entre une montée en puissance des litiges avec ces sociétés qui font du démarchage.

La liste Bloctel, où on peut inscrire son numéro pour ne plus être dérangé, est-ce qu'il faut essayer de l'améliorer ?

Ce système ne fonctionne pas, ça fait quatre ans que c'est mis en place et il y a plein de trous dans la raquette, il y a des dérogations. Aujourd'hui vous êtes supposés être d'accord si vous ne faites pas une démarche pour dire non. Et quand vous faites une démarche pour dire non, la loi prévoit plein de dérogations. Et ce qui est stupéfiant, c'est que la proposition de loi qui pourrait être adoptée dans quelques jours va aggraver la situation. Je ne comprends que les élus, les parlementaires, soient autant hors-sol et n'entendent pas la colère de citoyens. Il faut inverser la règle.

C'est la solution, inverser le système de Bloctel, basculer vers un système dit "Opt In", qui autoriserait le démarchage uniquement lorsque une personne y a expressément consenti ?

Ce serait une solution médiane, effectivement qui améliorerait considérablement les choses. C'est sans doute compliqué d'interdire purement et simplement une forme d'activité, mais au moins faire prévaloir le principe de "si je n'ai rien dit, je veux être tranquille", c'est le principe qui prévaut pour les SMS et les courriels. Pourquoi ne fait-on pas cela avec le démarchage téléphonique, qui est infiniment plus intrusif ? Et encore une fois, les sociétés qui utilisent ce système marketing sont celles qui sont en tête de proue pour les litiges qu'on doit régler, donc il y a un vrai problème auquel il faut mettre fin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.