Les Français sont de plus en plus nombreux à écouter des podcasts, selon Médiamétrie

En tout, 104 millions d'écoutes en téléchargement ou en streaming ont été enregistrées en novembre 2020 auprès de cinq éditeurs français, selon un baromètre publié lundi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le seuil des 100 millions de podcasts français écoutés a été dépassé en octobre. (THOMAS SAMSON / AFP)

Les podcasts français séduisent, avec près de 104 millions d'écoutes en téléchargement ou en streaming enregistrées en novembre auprès de cinq éditeurs français, selon un baromètre publié lundi 7 décembre par Médiamétrie. Un chiffre très encourageant, puisque cela représente 8,5 millions d'écoutes de plus que début 2020, indique la société. Elle précise que la barre des 100 millions de balados (le terme français pour podcast) écoutés a été dépassée dès le mois d'octobre.

Médiamétrie, qui n'avait pas publié de mesures d'audience de ce format depuis des années, comptabilise l'ensemble des contenus audio, édités par les souscripteurs de ce baromètre et écoutés en streaming ou téléchargement en France et à l'étranger sur la majorité des supports d'écoute (plateformes, sites, applications...).

Franceinfo en sixième position

Le trio de tête de classement pour le mois de novembre comprend France Inter, avec plus de 29,7 millions de podcasts écoutés, suivie par France Culture, avec 23,8 millions et RMC, avec 17,4 millions d'écoutes recensées. Franceinfo arrive à la sixième place avec plus de 4 millions de téléchargements.

Les cinq souscripteurs de cette mesure sont les groupes France Télévisions, Lagardère (Europe 1), M6-RTL (RTL, RTL2 et Fun Radio), Radio France (France Inter, France Culture, franceinfo, France Musique, France Bleu, Mouv', Fip) et Altice (RMC, BFM Business, BFMTV).

Le décompte des écoutes est réalisé au moyen d'un marqueur numérique "placé dans le lien de téléchargement", détaille Médiamétrie, qui opère "des filtrages" tous les mois "afin d'exclure les téléchargements abusifs" et réalisés en doublon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.