Musique : l’ère du streaming

Jean-Jacques Goldman a rejoint les plateformes d’écoute en ligne. Elles concentrent deux tiers des achats de musique en France. 

France 3

Après une longue résistance, Jean-Jacques Goldman est accessible sur les plateformes de streaming musical depuis le vendredi 23 août. C’était le dernier poids lourd français à ne pas y être présent. Il faut dire que le secteur est en pleine explosion en France : lors du 1er semestre 2019, il représente ainsi un marché de 138 millions d’euros, soit une augmentation de 25% en un an. Actuellement, six millions de Français sont abonnés à des plateformes comme Spotify ou Deezer, avec un coût mensuel moyen d’environ 10 euros. “Tout artiste, s’il veut vivre de sa musique, et pour pouvoir se faire connaître, est obligé de diffuser sa musique en digital et en streaming”, estime Frédéric Antelme, directeur des contenus de Deezer.

Des plateformes incontournables ?

Toutefois, ces plateformes profiteraient surtout aux artistes déjà installés. “Quand un abonné écoute un groupe méconnu, son argent ne va pas forcément profiter à cet artiste. Ce sont les plus populaires, ou les plus écoutés, qui vont toucher la mise”, assure Suzanne Combo, déléguée générale de la Guilde des artistes de musique. En effet, les plateformes reversent en général trois-quarts de leurs revenus aux labels, qui distribuent ensuite leur part aux artistes. Dans le détail, pour gagner 100 euros, un artiste doit désormais vendre 100 albums en ligne, être écouté 250 000 fois en streaming payant, voire 1 million de fois en streaming gratuit. Une logique qui profite donc aux chanteurs et aux groupes qui ont déjà trouvé leur public.

Le JT
Les autres sujets du JT
Streaming
Streaming (France 3)