Info franceinfo Cybermalveillance : plus de 173 000 demandes d’assistance en ligne enregistrées en 2021, en augmentation de 65% en un an

Les violations de données personnelles représentent 9% des recherches et progressent de 200% par rapport à l'année précédente.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les violations de données personnelles représentent 9% des recherches et progressent de 200% par rapport à l'année précédente. (SILAS STEIN / DPA)

Plus de 173 000 demandes d’assistance en ligne pour des faits de cybermalveillance ont été enregistrées en 2021 sur la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr. Cela représente une augmentation de 65% par rapport à l’année précédente, selon le rapport 2021, publié et révélé par franceinfo mardi 8 mars, de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, le dispositif national d'assistance aux victimes de cybermalveillance, de sensibilisation aux risques numériques et d'observation de la menace en France.

>> Phishing, virus informatiques, vols de données sensibles : le télétravail a-t-il fait de nous des bombes à retardement pour nos entreprises ?

En 2021, 90% des demandes d’assistance en ligne provenaient de particuliers, 8% d’entreprises et 2% de collectivités. Plus de 10 300 entreprises ou associations et 2 100 collectivités ou administrations ont été assistées en ligne par Cybermalveillance.gouv.fr, un volume globalement stable par rapport à l’année précédente.

"Cette tendance démontre que la forte pression de la cybermalveillance sur les publics professionnels ne faiblit pas depuis maintenant deux ans."

Cybermalveillance.gouv.fr

à franceinfo

Sur les 47 formes de cybermalveillance identifiées par la plateforme, c'est l’hameçonnage, ou phishing, qui arrive en tête des attaques rencontrées par les particuliers. Il représente 31% des recherches d'assistance, et progresse de 82% en un an. Tous publics confondus, l’hameçonnage est en hausse de 143% par rapport à l’année précédente. Derrière, le piratage de compte en ligne représente 19% des recherches des particuliers (+58% en un an) et les fraudes aux faux supports techniques, 13% des recherches (+18% en un an).

Le rapport souligne également l'apparition dans le classement de tête cette année d'une nouvelle cybermalveillance : les violations de données personnelles. Elles représentent 9% des recherches et progressent de 200% par rapport à l'année précédente. L’année 2021 a également été marquée par de nombreuses fuites de données, et notamment de données personnelles médicales. Par ailleurs, les différentes formes d’escroqueries au compte personnel formation (CPF) sont en hausse de 200% en un an.

L’hameçonnage plébiscité par les cybercriminels

Le rapport constate également pour les particuliers une forte augmentation des faits de cyberharcèlement, plus 33% en un an.Cybermalveillance.gouv.fr alerte principalement dans son rapport sur l’hameçonnage, "très largement plébiscité par les cybercriminels". Cela passe par les faux messages des impôts ou de l’assurance maladie, des forces de l’ordre, de banques, de société de livraison, de sites de vente en ligne, ou encore de loteries. Selon le rapport, l’année 2021 a été plus particulièrement marquée par de nombreuses vagues de messages d’escroquerie à la livraison de colis qui cherchent à profiter de l’explosion du commerce en ligne depuis le début de la crise sanitaire.Enfin, la tendance forte du développement de l’hameçonnage par SMS identifiée en 2020 s’est confirmée en 2021, note la plateforme.

Elle devrait encore s’accentuer. "Les cybercriminels profitent du développement des services d’information réalisés par SMS des administrations, des banques ou des livreurs, pour crédibiliser leurs attaques", souligne le rapport. Ils profitent également du caractère plus intrusif des SMS par rapport aux courriels et d’une moindre méfiance des victimes, ainsi que de la plus grande difficulté à identifier un SMS frauduleux sur un téléphone qu’un courriel reçu sur un ordinateur.

Cybermalveillance.gouv.fr a enregistré près de 2,5 millions de visiteurs uniques en 2021. Cette audience a doublé par rapport à 2020. Cela confirme "l’intérêt des populations pour les services offerts et les nombreux contenus originaux produits à destination de tous les publics", estime la plateforme gouvernementale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité sur internet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.