Trois chefs d'entreprise lyonnais soupçonnés d'avoir arnaqué 8 000 personnes sur internet

Les malfaiteurs avaient créé un logiciel, faisant croire à l'endommagement ou la destruction de fichiers, et une fausse plateforme d'assistance informatique pour soutirer de l'argent à 8 000 personnes.

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (SALESSE FLORIAN / MAXPPP)

Trois chefs d'entreprise lyonnais ont été arrêtés dans le Rhône mardi 29 janvier. Ils sont soupçonnés d'avoir créé une fausse plateforme d'assistance informatique et arnaqué près de 8 000 internautes pour un montant de deux millions d'euros, révèle France Inter, jeudi 31 janvier.

Deux de ces trois hommes sont millionnaires et travaillent dans le secteur des assurances. Ils étaient surveillés depuis plusieurs mois par les enquêteurs du C3N, la cellule "cyber" du pôle judiciaire national de la gendarmerie. Après l'ouverture d'une enquête en mars 2018 par le parquet de Paris, spécialisé dans la criminalité informatique, ces trois hommes ont été placés en garde à vue, puis déférés jeudi soir devant un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen. Le parquet a demandé le placement en détention provisoire pour deux d'entre eux.

Un logiciel fait croire à la destruction de fichiers

Les victimes de l'arnaque, principalement des personnes âgées, se faisaient harponner en naviguant sur la toile avec des messages d'alerte à répétition leur disant que leur ordinateur était infecté. Il était alors conseillé aux utilisateurs de contacter un numéro d'assistance, un centre d'appel se présentant comme l'interface du constructeur de l’appareil. Les alertes portaient notamment sur la présence d'un "maliciel", un logiciel malveillant qui allait endommager sérieusement leurs fichiers, voire détruire leurs disques durs, et que techniquement il fallait absolument en passer par une opération de maintenance à distance, contre 200 à 500 euros de frais.

L'escroquerie de la cyber-PME était si bien ficelée qu'elle envoyait une facture en bon et due forme avec le détail des prestations fournies et le prix de chaque pseudo-réparation. Au final, ce sont plus de 8 000 "clients" arnaqués qui ont accepté de donner leurs coordonnées bancaires pour une fausse assistance technique, soit un butin total de deux millions d'euros.