Etats-Unis : une multitude d'entreprises menacées par une cyberattaque

L'attaque a déjà paralysé 800 magasins de Coop Suède, une des plus grandes chaînes de supermarchés du pays, qui a dû suspendre son activité samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration. Des pirates informatiques ont attaqué la société américaine Kaseya le 3 juillet 2021 pour demander une rançon à potentiellement plus de 1 000 entreprises clientes. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

Des pirates informatiques ont attaqué la société américaine Kaseya pour demander une rançon à potentiellement plus de 1 000 entreprises à travers son logiciel. Basée à Miami, Kaseya propose des outils informatiques aux petites et moyennes entreprises, dont l'outil VSA destiné à gérer leur réseau de serveurs, d'ordinateurs et d'imprimantes depuis une seule source. Il est difficile pour l'instant d'estimer l'ampleur de cette attaque. Première conséquence directe : l'attaque a déjà paralysé 800 magasins de Coop Suède, une des plus grandes chaînes de supermarchés du pays, qui a dû suspendre son activité samedi 3 juillet. 

Appelé aussi "ransomware", ce type de programme informatique exploite des failles de sécurité d'une entreprise ou d'un individu pour paralyser ses systèmes informatiques puis exiger une rançon pour les débloquer. Kaseya, qui a qualifié samedi la cyberattaque de "sophistiquée", assure qu'elle a été circonscrite "à un très petit nombre de clients".

Vendredi soir, l'entreprise avait expliqué s'être rendu compte d'un possible incident sur son logiciel VSA à la mi-journée sur la côte est-américaine. La société estimait alors que "moins de 40 clients dans le monde" étaient affectés. Mais ces derniers fournissent eux-mêmes des services à d'autres sociétés. Selon l'entreprise spécialisée dans la sécurité informatique Huntress Labs, "plus de 1 000 entreprises" ont donc été affectées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyberattaques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.