Cyberattaque à l'hôpital de Cannes : l'établissement fonctionne toujours en mode dégradé

L'hôpital précise que "l'Agence nationale de sécurité réalise un travail de fond" pour analyser cette attaque.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Azur
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un tiers des opérations non-urgentes a été déprogrammé depuis la cyberattaque à l'hôpital Simone Veil de Cannes. (Photo d'illustration). (FRANZ CHAVAROCHE / MAXPPP)

Après avoir été victime d'une cyberattaque mardi 16 avril, l'hôpital de Cannes (Alpes-Maritimes) fonctionne toujours en mode dégradé et va mettre plusieurs semaines à se remettre de ce piratage, rapporte France Bleu Azur. Mercredi, un tiers des opérations non urgentes a été déprogrammé, mais 90% des opérations seront assurées jeudi. 

L'ensemble des accès informatiques a été coupé et l'attaque est en cours d'analyse, avec l'aide d'experts privés et publics. "L'Agence nationale de sécurité réalise un travail de fond avec une expertise pour poser un juste diagnostic sur cette attaque", même s'il "n'y a pas eu de vol de données identifié à ce stade", a précisé l'hôpital. Aucune demande de rançon n'a été reçue pour l'instant.

Des patients reportés sur le CHU de Nice

L'hôpital Simone Veil est victime d'une attaque de ce type pour la première fois, mais des exercices avaient été organisés au cours des derniers mois. Depuis mardi, les services fonctionnement en mode dégradé, avec des documents papier et aucun accès aux dossiers informatiques. "Sur le plan chirurgical, un tiers de l'activité a été reporté, qui ne répondait pas aux critères d'urgence. Nous n'avons pas eu de pertes de chances pour nos patients", assure Yves Servant, directeur général de l'hôpital de Cannes, au micro de France Bleu Azur.

Certains transferts d'activités ont été réalisés comme "la filière neurovasculaire, la gestion des AVC qui demande une grande célérité dans la prise en charge. Ces patient-là sont reportés exclusivement sur le CHU de Nice", poursuit-il. D'autres établissements sont venus apporter leur aide comme le centre hospitalier de Grasse ou encore celui d'Antibes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.