Ces internautes qui se disent "justiciers"

Certains internautes traquent des agresseurs présumés puis dévoilent leurs informations sur les réseaux sociaux. Un geste illégal. 

FRANCE 2

La tendance inquiète les services de police. Il s'agit de la publication d'images, de noms et des adresses d'agresseurs présumés sur les réseaux sociaux. Qui sont ces justiciers de la toile ? Ils revendiquent d'aider les victimes, mais ont-ils conscience des dérapages possibles ? Une chose est certaine : ils sont dans l'illégalité.

"Notre but ? Qu'un agresseur se remette en question"

France 2 a rencontré deux jeunes hackers qui traquent depuis un mois sur Internet des agresseurs présumés et postent leurs coordonnées sur les réseaux sociaux. Ils confient qu'il n'est pas très difficile de découvrir l'identité d'un individu apparaissant sur une vidéo, par exemple. "On ne va pas vous dévoiler forcément toutes les techniques, mais généralement, dans les commentaires, il y a déjà une petite base. À partir de ça, on remonte. On arrive à avoir le numéro de la personne, des parents. On se dit que si on dévoile ces informations au grand public, cette personne va se sentir affichée, elle va sentir que tout le monde sait ce qu'elle a fait. C'est un peu aussi notre but, qu'un agresseur se remette en question et qu'il se dise : 'Qu'est-ce que je viens de faire ?'"

Le JT
Les autres sujets du JT
Un pirate informatique (illustration).
Un pirate informatique (illustration). (THOMAS SAMSON / AFP)