Cet article date de plus de neuf ans.

Apple à son tour victime d'une attaque informatique

Le géant américain Apple a reconnu mardi avoir été victime d'une attaque informatique, assurant toutefois n'avoir "pas de preuve" que des données lui aient été dérobées. Le groupe met en cause une faille dans le logiciel Java, comme l'avait fait avant lui Facebook ou Twitter également victimes récemment de ce genre d'attaques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Aly Song Reuters)

Après Facebook, Twitter, le New York Times ou encore le Wall Street Journal, le groupe américain Apple a reconnu mardi avoir été victime à son tour d'une attaque informatique. Un logiciel malveillant "a été utilisé dans une attaque contre Apple et  d'autres sociétés ", a annoncé le groupe à la pomme dans un communiqué.

Apple précise que ce logiciel "a été répandu par l'intermédiaire d'un site I nternet pour des développeurs de logiciels " et a utilisé "une vulnérabilité  dans le logiciel Java pour les navigateurs Internet ". Mais "il n'y a pas de preuve que des données aient quitté Apple ", affirme le groupe.

Une attaque d'origine inconnue

La semaine dernière, Facebook avait déjà indiqué que la vulnérabilité du logiciel Java était à l'origine d'une attaque contre le réseau social. Au début du mois, Twitter avait également annoncé que 250.000 utilisateurs avaient été victimes d'une de ces attaques "sophistiquées ".

Enfin, la même semaine, les quotidiens américains New York Times et Wall Street Journal avaient rapporté que leurs ordinateurs et systèmes informatiques avaient subi des cyber-attaques, pointant du doigt le gouvernement chinois. Apple de son côté ne fournit aucune indication sur l'origine de cette attaque mais indique "travailler étroitement avec les forces de  l'ordre pour trouver la source du logiciel malveillant ".

> À relire :  La Chine accusée de pratiquer l'espionnage industriel à grande échelle

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité sur internet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.