Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Elyze : "L'idée, c'est vraiment pas d'être une consigne de vote", assurent les développeurs

Publié
Ils veulent créer le "Tinder de la présidentielle". Téléchargée plus d'un million de fois, l'application Elyze propose d'aider à choisir son candidat mais soulève de nombreuses critiques. Brut a rencontré ses créateurs.
VIDEO. Elyze : "L'idée, c'est vraiment pas d'être une consigne de vote", assurent les développeurs Ils veulent créer le "Tinder de la présidentielle". Téléchargée plus d'un million de fois, l'application Elyze propose d'aider à choisir son candidat mais soulève de nombreuses critiques. Brut a rencontré ses créateurs. (BRUT)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

Ils veulent créer le "Tinder de la présidentielle". Téléchargée plus d'un million de fois, l'application Elyze propose d'aider à choisir son candidat mais soulève de nombreuses critiques. Brut a rencontré ses créateurs.

Vous avez peut-être entendu parler d'Elyze, cette application qui veut devenir le Tinder de l'élection présidentielle. Il suffit de swiper pour ou contre des propositions de candidats et en fonction des réponses, l'application montre qui sont les candidats qui correspondent le mieux à vos idées. Plus il y a de swipes, plus l'algorithme va affiner les résultats de votre podium. L'application a déjà été téléchargée plus d'un million de fois d'après ses développeurs. Ces derniers se disent volontaires d'une application neutre et apartisane. "L'idée, c'est vraiment pas d'être une consigne de vote, mais d'aider chaque utilisateur à mieux comprendre les projets de chaque candidat, sans en favoriser ou en défavoriser un", expliquent-ils.

Aussi, les développeurs d'Elyze assurent avoir accordé une attention toute particulière à ne pas collecter les données personnelles des utililsateurs. "C'est pour ça que les données sont anonymes, qu'elles sont facultatives : vous pouvez bénéficier des fonctionnalités de l'app sans renseigner ces quelques données", expliquent-ils.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.