"Gilets jaunes" : des policiers niçois victimes de harcèlement

Face au déferlement de haine sur les policiers niçois (Alpes-Maritimes), une dizaine d'entre eux ont décidé de porter plainte.

FRANCE 3

Depuis une semaine, c'est avec un sentiment d'impuissance que Celya Boumedien assiste sur les réseaux sociaux à un torrent de haine. Sur son téléphone portable, la porte-parole du syndicat Unité-SGP police 06 a méticuleusement conservé les captures d'écran des insultes et menaces qui lui sont destinées. "J'ai été insultée gratuitement, alors que mon travail est simplement d'être représentante du personnel et d'expliquer les choses telles qu'elles sont. On peut ne pas adhérer à ce que je dis, mais on n’a pas le droit d'insulter, de menacer", déplore Ceyla Boumedien.

Les visages des policiers ont été publiés sur les réseaux sociaux

Comme elle, une dizaine de policiers ont décidé de porter plainte contre ce cyber-lynchage en règle sur la toile. Certains internautes vont même jusqu'à publier les visages des policiers. "Ce sont des incitations à la haine et au crime, ce sont des menaces de mort par la voie des réseaux sociaux. Il appartient au procureur de poursuivre l'enquête, d'identifier les auteurs et de les mettre en face de leurs responsabilités", déclare Jean-François Illy, directeur départemental de la sécurité publique des Alpes-Maritimes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sur la place Garibaldi, à Nice (Alpes-Maritimes), le 23 mars 2019.
Sur la place Garibaldi, à Nice (Alpes-Maritimes), le 23 mars 2019. (VALERY HACHE / AFP)