Cet article date de plus de cinq ans.

Pakistan : une starlette des réseaux sociaux étranglée par son frère

Souvent comparée à la starlette américaine Kim Kardashian, Qandeel Baloch s'était fait un nom au Pakistan à force d'auto-promotion et de selfies langoureux sur les médias sociaux. La police évoque un "crime d'honneur". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Qandeel Baloch, lors d'une conférence de presse à Lahore (Pakistan), le 28 juin 2016.  (STR / AFP)

Il s'agirait d'un "crime d'honneur". Qandeel Baloch, une jeune Pakistanaise devenue une vedette sur les réseaux sociaux pour ses selfies controversés, a été étranglée par son frère, apparemment pour des motifs d'"honneur". Souvent comparée à la starlette américaine Kim Kardashian, la jeune femme "a été étranglée par son frère", indique samedi 16 juillet la police de la ville de Multan (Pakistan).

"Apparemment, il s'agit d'un cas de 'crime d'honneur'", ajoute un officier, précisant que la police a été informée du meurtre samedi par les parents de la jeune femme. "Le frère a pris la fuite après le crime, nous faisons de notre mieux pour l'arrêter", a-t-il poursuivi.

Une aura de scandale dans un pays très conservateur

Un autre responsable de police, a confirmé le meurtre et précisé que la jeune femme se trouvait alors en visite chez ses parents dans le village de Muzzafarabad, près de Multan, pour les fêtes de l'Eïd. "Son frère était là aussi et la famille nous a dit qu'il l'avait étranglée", évoquant lui aussi "un possible cas de crime d'honneur".

Qandeel Baloch s'était fait un nom au Pakistan à force d'auto-promotion et de selfies langoureux sur les médias sociaux, s'assurant des dizaines de milliers d'abonnés mais aussi une aura de scandale dans ce pays musulman très conservateur.

Des centaines de femmes sont tuées chaque année au Pakistan par des proches sous prétexte qu'elles auraient bafoué l'honneur familial.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réseaux Sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.