VIDEO. Modération des réseaux sociaux, santé mentale, élection américaine... Le directeur d'Instagram, Adam Mosserie, répond à six questions simples

La santé mentale, les tétons des femmes et le mouvement anti-grossophobie : 6 questions simples au directeur d'Instagram.

BRUT

"Nous voulons que les gens ressentent moins la pression d'être parfaits ou de toujours se présenter sous leur meilleur jour." 

Comment faire d'Instagram un espace plus sûr

"Nous ne devons pas nous contenter de chercher aveuglément à avoir plus de vues tout le temps. Nous essayons d'être réfléchis. Je pense que nous essayons de rendre Instagram plus convaincant, de faire en sorte qu'Instagram réponde à plus de besoins des gens et oui, nous mesurons le temps que les gens passent sur la plateforme comme un indicateur de la valeur qu'ils en retirent, mais nous essayons aussi de nous assurer que les gens se sentent bien par rapport à l'expérience qu'ils ont sur la plateforme", explique Adam Mosserie. Dans cette optique, le directeur d'Instagram évoque la confidentialité autour du nombre de mentions "j'aime". "L'idée est d'essayer de dépressuriser l'expérience", ajoute-t-il.

Qu'allez-vous apprendre à vos enfants à propos d'Instagram ?

"Je l'utilise comme une sorte de petit album photos privé, réservé à une poignée de personnes. Mais j'espère que lorsqu'ils seront assez âgés, ils commenceront à l'utiliser. Et puis j'essaierai de leur donner de bons conseils sur la modération, sur le fait d'être attentifs aux personnes avec lesquelles on interagit, la protection de la vie privée et sur le fait de réfléchir à ce que l'on partage", confie Adam Mosserie.

Pourquoi les tétons des femmes sont-ils interdits sur Instagram ?

"Nous n'avons aucun problème philosophique avec cela. Cela ne vient pas d'un endroit où règne, je ne sais pas, le conservatisme ou la prudence américaine, mais c'est juste une question de sécurité", explique Adam Mosserie. Il ajoute : "Le problème avec les tétons des femmes, et plus largement avec la nudité, est que nous ne pouvons pas vérifier l'âge et nous ne pouvons pas vérifier le consentement. Et donc si nous pouvions faire cela à grande échelle, je pense que nous essaierions de trouver un moyen d'aller de l'avant. Mais nous ne pouvons pas."

Pourquoi les photos de certains militants anti-grossophobie ont été retirées ?

"Ce qui est devenu clair pour moi, à force d'essayer de nous améliorer, d'être plus transparents, de savoir où se trouvent nos préjugés, à la fois en termes de personnes qui prennent les décisions, mais aussi en termes de technologie que nous développons, c'est que ces politiques ont toujours des zones grises", souligne Adam Mosserie.

Comment avez-vous géré les élections américaines de 2020 par rapport à 2016 ?

"Non seulement je travaillais sur l'application Facebook en 2016, mais j'étais aussi responsable du Newsfeed. J'étais donc responsable de toutes les retombées des fake news et de la désinformation sur la plateforme. Je pense qu'il ne faut pas se focaliser sur 2016 mais plutôt regarder les 15 dernières années de Facebook. Ce qu'il y a, c'est que nous avons mis trop longtemps à vraiment comprendre l'étendue de notre responsabilité et à agir en conséquence, à l'assumer", estime le directeur d’Instagram.

Quelle est la prochaine étape pour Instagram ?

"L'important pour Instagram est de continuer à se concentrer sur les jeunes et sur les créateurs. Parce que nous pensons que les jeunes et les créateurs sont des créateurs de tendances, qu'ils font avancer la culture, qu'ils repoussent les limites, qu'ils contribuent à faire progresser les choses", conlut Adam Mosserie.

VIDEO. La santé mentale, les tétons des femmes… Le directeur d\'instagram Adam Mosserie répond à six questions simples
VIDEO. La santé mentale, les tétons des femmes… Le directeur d'instagram Adam Mosserie répond à six questions simples (BRUT)