Une enquête interne à l'université de Lorraine après des messages racistes échangés par des élèves

Il s'agirait de trois étudiantes âgées de 19 ans, selon une enseignante.

Les messages étaient échangés sur Facebook.
Les messages étaient échangés sur Facebook. (MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA)

Après la découverte de messages racistes échangés par des élèves sur Facebook, l'université de Lorraine a annoncé vendredi 26 avril l'ouverture d'une enquête interne, rapporte France Bleu Lorraine Nord.

Des étudiants de la faculté de sciences humaines et sociales de Metz, en licence de sociologie, s'échangeaient depuis plusieurs mois des messages privés via le réseau social pour se moquer ou insulter des élèves ou des professeurs noirs. Ils les prenaient parfois en photo avec des commentaires ouvertement racistes. Selon une enseignante de l'UFR contactée par France Bleu Lorraine Nord, et qui s'est dite "très choquée par ces messages", il s'agirait de trois étudiantes âgées de 19 ans qui n'auraient pas mesuré la gravité de leurs propos.

L'université de Lorraine a condamné sur Twitter "la gravité des actes racistes dont elle a pris connaissance" et promet qu'une "enquête interne sera instruite avec la plus grande fermeté".

L'Unef de Lorraine dénonce des faits "extrêmement choquants" et réclame des sanctions contre les auteurs. Le syndicat étudiant réclame également à la présidence de l'université et au Crous de Lorraine la mise en place d'une charte de lutte contre le racisme. Il annonce aussi la tenue de plusieurs événements comme un festival de lutte contre le racisme et les discriminations.