La Bourse "like" Facebook mais ne le "love" pas

Le géant des réseaux sociaux sur Internet a fait une entrée plutôt terne en Bourse aujourd'hui, un comble après des semaines d'emballement sur le sujet. La valeur a d'abord pris 12%, avant de chuter très peu de temps après. Finalement, l'action a pris moins de 1% au terme de sa première séance.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Ce devait être une révolution. La plus grosse entrée en Bourse pour une valeur Internet, et de très loin, et la deuxième plus grosse introduction pour une valeur américaine. Finalement, Facebook fait une arrivée en demie-teinte à Wall Street. Lancée à 38 dollars l'unité, l'action Facebook a décollé dans les premières premières minutes, pour arriver à 45 dollars. Une valeur qu'elle ne dépassera pas : elle termine quasiment à son prix de départ, à 38,37%.

"La réaction des investisseurs est un peu moins enthousiaste que beaucoup l'espéraient" , explique un professeur de finances. En moyenne, ces vingt dernières années, une entrée en bourse génère plutôt une hausse de 15%. Facebook n'a jamais pris plus de 12% dans la journée.

Un "hackaton" au siège de Facebook, en Californie

La matinée avait débuté en fanfare. Le PDG et fondateur emblématique de Facebook, Mark Zuckerberg, avait fait retentir à distance la cloche d'ouverture du Nasdaq, depuis le siège de son entreprise en Californie. Ses employés avaient même passé la nuit à courir un "hackathon", un marathon de programmation informatique.

Au final, l'entrée en Bourse apporte tout de même 104 milliards de dollars de valorisation à Facebook. C'est beaucoup plus que les 23 milliards obtenus par Google, au moment où il a fait ses premiers pas d'entreprise cotée, en 2004. Dans l'opération, l'entreprise de Mark Zuckerberg a récupéré 6,84 milliards de dollars. Les actionnaires initiaux ont eux gagné plus de neuf milliards de dollars.