Deux Américains poursuivent Facebook pour "interception" de leurs messages privés

Ils accusent la compagnie d'analyser leurs messages privés à leur insu pour transmettre des données à des annonceurs.

Un logo Facebook affiché dans un centre de données de la compagnie, le 7 novembre 2013, à Lulea (Suède).
Un logo Facebook affiché dans un centre de données de la compagnie, le 7 novembre 2013, à Lulea (Suède). (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Les messages privés le sont-ils vraiment ? Deux internautes américains ont déposé plainte, lundi 30 décembre, en Californie, contre Facebook, qu'ils accusent d'analyser leurs messages privés à leur insu pour transmettre les données à des annonceurs. Ces accusations "n'ont aucun fondement et nous nous défendrons vigoureusement", a réagi le groupe américain.

Les plaignants, Matthew Campbell et Michael Hurley, estiment que, "contrairement à ses affirmations, les messages 'privés' échangés sur Facebook sont systématiquement interceptés par la société pour connaître le contenu des communications de ses utilisateurs".

"Facebook analyse le contenu des messages"

Or, lorsqu'un utilisateur "écrit un message auquel il ajoute un lien vers un site internet, la société analyse le contenu du message, le lien internet et recherche des informations qui permettent de dresser un profil de l'activité sur internet de la personne qui a écrit le message", avancent-ils.

Les plaignants accusent le réseau social de compiler les données des utilisateurs à leur insu et de tirer profit de ces données "en les partageant avec des tiers : des annonceurs, des sociétés de marketing et autres agrégateurs de données". Ces pratiques, pensent-ils, violent la législation régissant la confidentialité des communications électroniques.