Cet article date de plus de neuf ans.

Pourquoi vous perdez des amis sur Facebook

La majorité des suppressions ont pour cause des commentaires offensants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'enquête a été réalisée dans près de 150 pays, pour recenser les comportements émotionnels de leur population.  (ELODIE DROUARD / FTVI)

Vous pensiez pourtant avoir tout bon. Une photo de profil avantageuse, des statuts pleins d'esprit, et des "j'aime" distribués à tour de bras. Pourtant, le constat est là : sur Facebook, vos amis vous suppriment de leur liste de contacts. Heureusement, l'entreprise américaine NM Incite a réalisé une étude, reprise lundi 19 décembre par le site Mashable (liens en anglais), pour vous aider à comprendre pourquoi.

L'enquête se penche sur les raisons pour lesquelles nous ajoutons ou supprimons des contacts sur le réseau social aux 800 millions de membres. Côté ajout, pas de grandes révélations : 82 % des Américains interrogés affirment ajouter une personne à leur liste d'amis lorsqu'ils la connaissent dans la "vraie vie", et 60 % lorsqu'ils ont des amis communs.

L'attirance physique n'est une incitation à "friender" que pour 8 % des personnes interrogées. Enfin, 7 % des sondés disent accepter toutes les demandes d'ajout.

Ne soyez pas trop déprimant

Côté suppression, les choses sont plus intéressantes. Ainsi, 55 % des personnes interrogées affirment rayer des contacts de leur liste en raison de commentaires offensants, et 41 % le font lorsqu'ils estiment mal connaître l'"ami" en question.

Près de quatre sondés sur dix expliquent qu'ils suppriment un ami lorsque celui-ci essaie de leur vendre quelque chose, et 23 % le font quand leur contact poste trop de commentaires déprimants. Les ruptures ou les divorces sont aussi de bonnes raisons pour supprimer une amitié sur le réseau, estiment 11 % des sondés. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.