Cet article date de plus de dix ans.

Le patron d'Apple a présenté lundi iCloud, un service de stockage en ligne qui va servir de bibliothèque musicale

Le "nuage" se chargera de synchroniser les données qu'iTunes synchronise actuellement entre vos différents appareils, comme les musiques, vos films, les applications, les signets. Finis les passages par iOS.Mais surtout, iCloud permettra de stocker ces données, notamment musiques, et à terme films et photos, annonçant l'ère de "l'après-PC".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Steve Jobs, à Cupertino, le 20 octobre 2010. (Justin Sullivan/Getty Images/AFP)

Le "nuage" se chargera de synchroniser les données qu'iTunes synchronise actuellement entre vos différents appareils, comme les musiques, vos films, les applications, les signets. Finis les passages par iOS.

Mais surtout, iCloud permettra de stocker ces données, notamment musiques, et à terme films et photos, annonçant l'ère de "l'après-PC".

Une expression utilisée par Scott Forstall, l'un des responsables Appel du logiciel d'exploitation pour smartphones, tablettes et ordinateurs fixes.

"iCloud stocke vos données dans le 'nuage' (informatique, ndlr) et es envoie immédiatement sur tous vos appareils", a expliqué Steve Jobs aux programmeurs qui participaient à la Worldwide Developers Conference, organisée par Apple.

Le stockage se fera sur des serveurs externes et accessibles de n'importe où par Internet. Des serveurs gigantesques situés en Caroline du Nord pour lesquels la firme à la Pomme va investir 1 milliard de dollars.

Ce n'est donc pas un nouveau gadget à glisser dans son sac ou dans sa poche qu'a présenté Steve Jobs. C'est un service. Un service gratuit pendant une période d'essai qui devrait ensuite coûter $25 par an.

Le cloud computing, la mise en réseau d'ordinateurs, est la tendance dans laquelle tous les géants de l'Internet se lancent : Amazon et Google ont déjà commencé il y a quelques semaines.

Le cloud computing entend alléger vos disques durs et rendre toute votre bibliothèque accessible de n'importe quel point, à n'importe quelle heure. Les données stockées sur les serveurs d'Apple seront sauvegardées une fois par jour. "Si vous perdez votre téléphone, rachetez-en un, tapez votre code d'accès et votre mot de passe, et tout sera là", a-t-il décrit. "C'est la première fois que nous voyons ça dans l'industrie musicale: plus de facturation pour les téléchargements multiples sur différents appareils", a-t-il fait remarquer.

La fin du téléchargement pour le tout-streaming

Fini le download, le téléchargement. Toutes vos données seront accessibles en streaming.

L'idée est séduisante. Mais pour cela, il faut avoir une bonne charge de batterie... et surtout du réseau, ce qui est le loin d'être le cas de façon stable partout en France.

Car "", comme l'a rappelé le patron de France Télécom-Orange, Stéphane Richard. Sans compter qu'il est nécessaire d'avoir des infrastructures fiables. Or celles-ci sont au bord de la saturation avec la hausse importante du trafic mobile.

En attendant, la tendance est là pour s'imposer. Le New York Times rapportait vendredi qu'Apple avait presque achevé ses discussions avec les principaux distributeurs de musique et avait obtenu des accords avec les quatre principales maisons de disques.

Apple, pas les premiers sur le coup
Amazon a déjà lancé "Cloud Drive" et "Cloud Player" qui permettent à des abonnés de stocker leurs collections musicale et vidéo sur les serveurs d'Amazon, d'où elle est accessible sur ordinateur ou sur des appareils fonctionnant sous le système Android de Google.

De son côté, Google a lancé "Google Music", qui permet aux internautes de gérer en ligne leur collection musicale, pour la jouer sur ordinateur, sur téléphone ou sur tablette.

Mais ces initiatives n'ont pas empêché Steve Jobs de déclarer lundi : "nous pensons que c'est notre prochaine grande idée".

Mais Michael Gartenberg, analyste de la société de recherche technologique Garter a dit à l'AFP s'attendre à ce que le service d'Apple "fournisse de la valeur ajoutée au consommateur, se différencie de ce qui a été fait avant et trouve le moyen de prendre le marché de vitesse". Il a rappelé qu'Apple n'a pas été le premier sur le marché des lecteurs MP3 et des smartphones, mais qu'il a quand même conquis ces marchés.

Cette apparition de Steve Jobs lundi à San Francisco était la deuxième depuis son congé maladie pour une raison et une durée indéterminées. La dernière apparition en public du PDG-gourou d'Apple, qui a survécu à un cancer et a reçu une greffe du foie il y a deux ans, remontait au mois de mars pour le lancement de la tablette iPad 2.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.