Qwant, l'anti-Google qui mise sur "le respect de la vie privée des internautes"

En faisant entrer la Caisse des Dépôts dans son capital jeudi, le moteur de recherche français Qwant se donne les moyens pour atteindre son objectif : concurrencer Google "en respectant les données personnelles", selon Marc Rees, le rédacteur en chef de Next INpact.   

Qwant est un moteur de recherche français qui accorde de l\'importance à la protection des données personnelles.
Qwant est un moteur de recherche français qui accorde de l'importance à la protection des données personnelles. (Capture écran Qwant)

La caisse des dépôts et consignations, qui gère l’épargne des Français, s'apprête à racheter des parts de Qwant. Le moteur de recherche français, qui se présente comme l'anti-google, revendique aujourd’hui 32 millions d’utilisateurs en Europe et vise les 150 millions d’ici la fin de l’année. Son crédo : la protection des données personnelles. Sur franceinfo, Marc Rees, rédacteur en chef du site d'information spécialisé Next INpact estime que si Qwant présente son outil comme respectueux de la vie privée, "la loi renseignement va à l'encontre de ce modèle." 

franceinfo : Qwant c'est vraiment l'anti-Google ?

Marc Rees : Oui, il s'est lancé pour devenir un concurrent à l'hégémonique moteur de recherche américain qui se taille la part du lion. Lorsqu'on dit moteur de recherche, les gens pensent Google. Le pari de Qwant est de s'engouffrer sur un crédo : celui du respect de la vie privée. Un moteur de recherche est un confident, il sait tout d'un internaute : sa sexualité, sa maladie, ses loisirs, ses idées politiques, etc. Il s'agit d'un service distant, qui n'est pas open-source. On ne peut que lui faire confiance sachant qu'une violation de cette ligne directrice serait signe d'une catastrophe industrielle pour son avenir.

Absolument rien n'est stocké sur le moteur de recherche Qwant ?

Les éléments sensibles ne sont pas stockés. Sur l'ordinateur de l'utilisateur, il n'y a pas de traqueurs qui viennent scruter ses faits et gestes. Quand vous faites une recherche quelconque sur un bien de consommation, vous allez voir apparaître comme par magie des publicités liés a ces recherches trois jours plus tard car il y a un lien de filiation entre tous ces acteurs là. Qwant promet de ne pas faire ça. Il présente le respect de la vie privée comme principe fondamental. Il faut cependant savoir que la loi renseignement va à l'encontre de ce modèle. Elle permet aux autorités d'accéder aux données recueillies.

Qwant peut-il réellement concurrencer Google ? Ce modèle économique est-il viable ?

Cela paraît compliqué car Google est un bulldozer. Qwant peine toujours à exister. Il joue sur le buzz. Il mise sur ce beau principe qu'est la vie privée. On ne peut que les inciter à continuer et à se développer toujours et encore mais c'est un challenge monstrueusement difficile. En Europe, Google réalise près 90% de parts de marché. Pour tenir financièrement, Qwant s'appuie sur des rentrées publicitaires notamment sur les pages shopping. La démarche est cependant moins fructueuse que Google, qui est un aspirateur à données personnelles.

Qwant, l'anti-Google qui mise sur "le respect de la vie privée des internautes", selon Marc Rees, le rédacteur en chef de Nex INpact
--'--
--'--