Google, roi de l'optimisation fiscale

Le géant américain a payé 35% d'impôt en moins cette année en France. Les explications de France 2.

FRANCE 2

Le géant d'internet Google a vu ses impôts chuter de 35% l'an dernier alors que le groupe affiche une forte hausse de son activité. L'empereur de l'internet ne paie pas plus d'impôt en France qu'une simple PME.
En 2014, Google France n'a revendiqué qu'un bénéfice de 19,9 millions d'euros et n'a donc versé au fisc français que cinq millions d'euros d'impôt sur les sociétés, soit 35% de moins que l'année précédente en toute transparence. Google a choisi un mécanisme d'optimisation fiscale surnommé le "sandwich irlandais".

Un choix assumé

Le géant se rémunère grâce à la publicité sur internet. Les clients qui veulent acheter de l'espace publicitaire sur le site français négocient avec Google France, mais c'est auprès d'une filiale irlandaise de Google qu'ils payent. En Irlande, la fiscalité sur les sociétés est bien plus favorable qu'en France.
Par le passé, l'entreprise a toujours assumé sa stratégie d'optimisation fiscale pour payer moins d'impôts. Autre surprise concernant ses charges sociales : l'entreprise est passée de 389 salariés en 2013 à 468 en 2014, mais dans le même temps a payé 15% de charges sociales en moins. Aucune explication n'a été apportée par le groupe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une exposition Google à Shanghaï, en Chine, le 23 avril 2015. 
Une exposition Google à Shanghaï, en Chine, le 23 avril 2015.  (IMAGINECHINA / AFP)