Gard : une mobilisation contre l'installation d'un centre de tri Amazon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Gard : une mobilisation contre l'installation d'un centre de tri Amazon
Article rédigé par
A. Lay, A. Guiraud, T. Toujas, Images drone : Védopruction / France 3 Picardie - France 2
France Télévisions

Le groupe américain Amazon, qui détient sur le sol français une vingtaine d'entrepôts de stockage, souhaite doubler ses capacités d'ici fin 2021. Ces ambitions font l'objet de réserves, comme dans le Gard, sur le site de la Pale, où des opposants ont manifesté, samedi 30 janvier.

Une chaîne humaine de plusieurs centaines de militants en colère a scandé samedi 30 janvier  : "Amazon, ni ici, ni ailleurs !" Sur le terrain de la Pale, dans le Gard, un centre de tri Amazon doit voir le jour. Pour les manifestants, il n'a pas sa place dans une zone très touristique, à moins de cinq kilomètres du pont du Gard. En signe de résistance, ils ont planté des arbres. "Ça va faire un obstacle pour l'entrepôt, puisqu'il ne peut pas se poser sur un arbre", explique un militant. "On est contre ce projet, on trouve que c'est une aberration écologique et économique parce que ça tue le petit commerce", renchérit une autre manifestante.

Des recours administratifs de citoyens

L'entrepôt serait réparti sur 14 hectares. Le permis de construire a été accordé, mais plusieurs recours administratifs de citoyens bloquent les travaux. À ce stade, Amazon ne confirme pas le projet, et essuie toute critique. "On est vraiment soucieux d'être un bon voisin et de nous intégrer de manière harmonieuse partout où on opère. Si vous interrogez des entreprises autour des sites dans lesquels on est, des élus locaux, des salariés, vous verrez que c'est le cas", affirme Julie Valette, porte-parole de France Amazon. Pourtant, il y a bien un voisin gêné par cette proximité : à moins de 900 mètres à vol d'abeille, un apiculteur s'inquiète de la disparition des terres où viennent butiner ses insectes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.