Cet article date de plus d'un an.

Les maires ruraux signent un accord avec Airbnb pour développer le potentiel touristique des campagnes

La plateforme de locations a annoncé un accord avec l'Association des maires ruraux de France (AMRF).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Airbnb et l'AMRF ont signé un accord pour promouvoir le tourisme dans les zones rurales. (JOEL SAGET / AFP)

Le géant de la location entre particuliers à la campagne. L'Association des maires ruraux de France (AMRF) a signé un accord pour "développer le potentiel touristique des campagnes françaises" avec Airbnb, annonce la plateforme lundi 18 février. Des conférences avec les maires ruraux viseront à lancer "des stratégies conjointes de développement du tourisme rural", et des campagnes de promotion mettront en avant ces destinations, précise un communiqué.

Selon la plateforme, "17 000 communes dépourvues d'hôtel", et pour la plupart comptant "moins de 2 000 habitants", avaient "au moins une annonce sur Airbnb en 2018". Airbnb affirme qu'au total l'an dernier "plus de 2,7 millions de voyageurs (...) ne seraient pas venus sans Airbnb". La plateforme publie une liste de 10 communes, selon elle dépourvues d'hôtel, ayant accueilli jusqu'à 2 270 visiteurs en 2018.

Un "atout pour leur territoire"

Or ces communes sont loin d'être dépourvues d'hébergement touristique, avec une offre déjà disponible en ligne auprès des mairies ou des offices du tourisme, a constaté l'AFP. Parmi elles : Saint-Malo-du-Bois (Pays de la Loire) compte déjà 17 gîtes ou chambres d'hôtes, Trévou-Tréguignec (Côtes-d'Armor) 49 gîtes et locations meublées et 4 chambres d'hôtes, tandis que Huisnes-sur-Mer (Manche) compte un hôtel-restaurant, 5 gîtes communaux et 7 chambres d'hôtes.

Pour Vanik Berberian, président de l'AMRF, il s'agit d'encourager des "modes de consommation plus dispersés" favorisés par des "ruraux qui savent valoriser leur patrimoine et leur sens de l'hospitalité pour en faire un atout pour leur territoire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.