30 ans du "World Wide Web" : "Il faut que le web soit constructif", insiste son créateur Tim Berners-Lee

Le web fête ses trente ans. Le 12 mars 1989, le physicien britannique Tim Berners-Lee rendait un mémo à sa hiérarchie, au sujet de l'amélioration du partage des données. Depuis, le web fait partie intégrante de nos vies. A tel point que cela en devient inquiétant, selon son créateur. 

(FABRICE COFFRINI / AFP)

"Il ne suffit pas d'avoir un web libre et gratuit. Il faut s'assurer qu'il soit constructif", nous a confié le papa du web, Tim Berners-Lee. Présent au festival international des droits de l'Homme à Genève, à l'occasion des trente ans du web, l'ingénieur britannique s'est exprimé sur ses dérives et a fait part de ses inquiétudes. 

Améliorer le web

"Pendant quinze ou vingt ans, on avait l'habitude de fêter l'anniversaire du web. Mais le Brexit et l'arrivée de Trump on été un tournant. Les résultats de ces élections ont été biaisées. Les réseaux sociaux qui ont été créés avec les meilleures intentions du monde, ont au final permis la création de très gros groupes conspirationnistes", a expliqué Tim Berners-Lee. 

Que ce soient les "fake news" ou la collecte de données personnelles par les GAFA, Le web serait menacé selon Tim Berners-Lee. Le physicien appelle à créer un "contrat" pour le web, pour garantir le respect de la vie privée et revenir aux fondamentaux, c'est-à-dire à la science et aux faits. 

"Il ne suffit pas d'avoir un web libre et gratuit" - Tim Berners-Lee
--'--
--'--