Cet article date de plus de trois ans.

Une femme sur deux ressent de l'insécurité dans les transports en commun

Au moins 267 000 personnes, "essentiellement des femmes", ont été victimes d'atteintes sexuelles en 2014 et 2015 dans les transports en commun en France, selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme sur les quais du métro, à Paris, le 12 décembre 2017.  (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC / AFP)

Les voyages en métro, bus, RER, TER et autres tramways sont parfois une épreuve pour de nombreuses femmes. Selon une étude publiée mardi 30 janvier par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), plus de la moitié des femmes (51%) affirment ressentir de l'insécurité lorsqu'elles empruntent les transports en commun. 

En moyenne, 45% des usagers des transports en commun disent ne pas se sentir en sécurité lors de leurs trajets. Cette proportion tombe à 38% pour les hommes, selon les auteurs de l'étude. "7% des femmes utilisatrices des transports ne s'y sentent jamais en sécurité contre 4% des hommes", relève aussi l'étude.

Des violences sous-estimées

Les chiffres disponibles montrent que les femmes sont moins victimes d'agressions que les hommes dans les transports. Pour autant, les auteurs de l'étude rappellent que les violences à l'encontre des femmes "semblent être sous-estimées" par les statistiques officielles, dans la mesure où de nombreux comportements pouvant être qualifiés "d'intimidants ou de sexistes" (regards insistants, tentatives de séduction, etc.) ne sont pas pris en compte. L'ONDRP avait estimé, en décembre, qu'au moins 267 000 personnes, "essentiellement des femmes", avaient été victimes d'atteintes sexuelles en 2014 et 2015 dans les transports en commun en France.

Dans la foulée de la libération de la parole des femmes sur les violences dont elles sont victimes, les pouvoirs publics ont promis différentes mesures : amende pour "outrage sexiste" dans l'espace public ou possibilité pour les femmes d'arrêter un bus de nuit entre deux stations pour raccourcir leur trajet vers leur domicile.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Home

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.