Cet article date de plus de six ans.

Italie : au moins trois morts et dix blessés graves dans le déraillement d'un train près de Milan

Ce train régional, parti de Crémone, était rempli de passagers se rendant à leur travail dans le centre de la capitale économique italienne.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des images tournées par des pompiers italiens montrent les lieux du déraillement d'un train, jeudi 25 janvier 2018, à Segrate, près de Milan, dans le nord de l'Italie.  (VIGILI DEL FUOCO / AFP)

Les causes de l'accident ne sont pas encore connues, mais le bilan est déjà lourd. Jeudi 25 janvier, le déraillement d'un train régional a fait au moins trois morts et dix blessés graves près de Milan. L'accident, qui a eu lieu vers 7 heures du matin aux abords de la grande métropole du nord de l'Italie, a aussi fait une centaine de blessés légers, selon les services de secours.

En fin de matinée, les opérations de secours étaient terminées, toutes les personnes présentes à bord du train ayant été évacuées, selon les pompiers qui ont confirmé le bilan de trois morts et d'une dizaine de blessés graves, dont cinq avec un pronostic vital engagé.

Une rupture d'un rail à l'origine de l'accident ?

L'accident s'est produit aux environs de Segrate, dans la banlieue est de Milan. Seuls les wagons en milieu de convoi ont déraillé. Ce train régional, parti de Crémone, était rempli de passagers se rendant à leur travail dans le centre de la capitale économique italienne. Cet accident est le plus grave depuis la catastrophe ferroviaire qui avait fait 23 morts en juillet 2016 dans les Pouilles (Sud). 

Selon un responsable de Rete Ferroviaria Italiana (RFI), le gestionnaire du réseau, l'une des hypothèses retenues pour expliquer l'accident serait une rupture du rail constatée sur une vintaine de centimètres. Mais l'enquête devra établir si cette rupture est "la cause ou la conséquence de l'accident", a précisé ce responsable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.