Xavier Bertrand a annoncé mardi une "opération transparence totale" sur le nombre d'adhérents à l'UMP

Selon le secrétaire général du parti majoritaire, le chiffre s'élève actuellement à un peu plus de 250 000.Il y a eu "40.000 nouveaux adhérents en 2009", soit "un peu plus de 3000 par mois", a indiqué sur Canal + M. Bertrand, qui doit faire le point lundi prochain sur l'état des troupes de son parti.

Le secrétaire général de l\'UMP, Xavier Bertrand (archives)
Le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand (archives) (France 2)

Selon le secrétaire général du parti majoritaire, le chiffre s'élève actuellement à un peu plus de 250 000.

Il y a eu "40.000 nouveaux adhérents en 2009", soit "un peu plus de 3000 par mois", a indiqué sur Canal + M. Bertrand, qui doit faire le point lundi prochain sur l'état des troupes de son parti.

"Nous allons faire, nous, l'opération transparence totale" en précisant "le nombre d'adhérents dans chacun des départements", a-t-il annoncé, incitant les autres partis à faire également cette "opération vérité".

"Je dis à toutes les formations politiques de France : chiche! tout le monde joue cartes sur table".

Xavier Bertrand a assuré qu'il tiendrait son objectif d'atteindre 500 000 adhérents UMP en 2012.

Malgré cet optimisme, "la désaffection des militants [UMP] inquiète au plus haut point", écrivait Le Figaro lundi. Le quotidien rappelait les chiffres des années précédentes : 370 000 cartes UMP fin 2007, et la chute importante connue en 2008 (270 000 au début et 228 740 en fin d'année, officiellement).

Des chiffres qui nuancent les propos de Xavier Bertrand puisqu'avec 40 000 nouvelles adhésions, l'UMP devrait frôler les 270 000 adhérents et non pas les 250 000.

Et si le secrétaire général de l'UMP relativisait cette contre-performance avec l'attente des mises à jour des cotisations, l'UMP jointe par téléphone mardi n'a toujours pas apporté de précisions sur la discordance des chiffres.

De son côté, le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a souligné lundi lors du point-presse hebdomadaire du parti, que le choix de la "transparence la plus totale" avait été décidé par le chef de l'Etat.

Frédéric Lefebvre n'avait toutefois pas donné de chiffres. "Nous présenterons les chiffres définitifs une fois que les uns et les autres auront fini de collationner tout ce qui est arrivé au moment de la fin de l'année", avait-il précisé.