Vidéoprotection : quand les petites communes s'équipent

De plus en plus de villages ruraux décident de s'équiper de caméras de surveillance. Des investissements importants, pour lutter notamment contre les cambriolages.

FRANCE 2

À Vivaise (Aisne), 700 habitants, dix caméras sont installées pour filmer, notamment, les entrées et les sorties du village, de jour comme de nuit. "Il y a eu des cambriolages et des actes d'incivilité dans la commune, donc en collaboration avec la gendarmerie, nous avons décidé d'instaurer ce dispositif", explique le maire Rémi Simphal. Au total, c'est un investissement de 38 000 euros pour la commune, soit 10% de son budget. Un coût important, validé malgré tout par la plupart des habitants, rassurés.

Un effet dissuasif

À 80 kilomètres de là, le village de Seuil, dans les Ardennes, ne compte que 166 habitants. Pourtant, ici aussi, des caméras sont pointées vers les entrées et les sorties du village. Il y en a sept au total. L'objectif, à chaque fois, est double : dissuader, puis aider dans les enquêtes si nécessaire. Mais l'effet dissuasif, à Seuil, semble fonctionner. Depuis la mise en service des caméras de vidéosurveillance, au mois de décembre, il n'y a eu aucun cambriolage dans la commune.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une caméra de vidéosurveillance installée sur la promenade des Anglais, à Nice, le 12 janvier 2012.
Une caméra de vidéosurveillance installée sur la promenade des Anglais, à Nice, le 12 janvier 2012. (VALERY HACHE / AFP)