VIDEO. Réforme pénale : la police fait la grève des PV pendant une journée

Le syndicat de police Alliance a appelé l'ensemble des policiers français à ne pas verbaliser, lundi, les infractions légères à la circulation et au stationnement. La réforme des retraites est également dans le collimateur du syndicat.

SOPHIE BECHIR / VINCENT PIFFETEAU - FRANCE 2

Alliance, second syndicat de gardiens de la paix, a appelé les policiers français à ne pas verbaliser les automobilistes, lundi 9 septembre. Il s'agit de protester contre le projet de réforme pénale et pour demander la prise en compte de la pénibilité du métier de policier dans la réforme des retraites.

Les fonctionnaires de police sont soumis au devoir de réserve. Il s'agit donc d'un moyen détourné, pour eux, d'exprimer leur mécontentement sans faire grève. Dans un communiqué, le syndicat "appelle l'ensemble des policiers à se mobiliser pour une journée sans procès-verbaux". Ce qui exclut néanmoins les "infractions graves et urgentes" et les "réquisitions du public et judiciaires", a précisé le responsable d'Alliance, Jean-Claude Delage. Cela concerne, a-t-il dit, le "tout-venant", telles des "infractions légères" à la circulation et au stationnement.

Le syndicat déclare dans son communiqué qu'il entend ainsi protester contre deux réformes : celle des retraites des policiers, à laquelle il ne "faut pas toucher" en raison de la "pénibilité du métier" ; et la réforme pénale, dévoilée la semaine dernière par le gouvernement et contre laquelle l'organisation syndicale a exprimé son hostilité. "La justice doit soutenir les victimes et sanctionner réellement les délinquants", argue le syndicat de police. Il entend également demander "plus de moyens afin d'assurer la sécurité de tous".

Des policiers verbalisent un conducteur pour vitesse excessive, à Bordeaux (Gironde), en octobre 2011.
Des policiers verbalisent un conducteur pour vitesse excessive, à Bordeaux (Gironde), en octobre 2011. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)