Une joggeuse probablement tuée par "arme blanche" à Nîmes

Le corps de la victime, portée disparue depuis jeudi après-midi, a été retrouvé dans la soirée de jeudi. La piste criminelle se confirme.

Les enquêteurs à proximité de l\'endroit où a été retrouvé le corps d\'une joggeuse, près de Nîmes (Gard), le 25 janvier 2013.
Les enquêteurs à proximité de l'endroit où a été retrouvé le corps d'une joggeuse, près de Nîmes (Gard), le 25 janvier 2013. (NASSIRA BELMEKKI / MAXPPP)

Une joggeuse de 34 ans, portée disparue jeudi 24 janvier en fin de journée à Nîmes (Gard), a été retrouvée morte dans la soirée de jeudi, vers 22 heures. Le corps de la jeune femme, à demi-dénudé, a été retrouvé dans la soirée par un chien utilisé dans les recherches, ont précisé les pompiers. La victime, qui serait allée courir dans l'est de la ville, n'était pas revenue à son domicile. 

France 3 Languedoc-Roussillon

"Une lame de cutter et deux pierres" sur les lieux

Le caractère criminel probable de cette mort semble confirmé par les premières constatations des enquêteurs. Selon la procureure de Nîmes, diverses traces "d'arme blanche" figurent en effet sur le corps."Une lame de cutter et deux pierres", qui pourraient être les armes du crime, ont été retrouvées sur les lieux, selon une source citée par l'AFP. 

L'autopsie devrait être effectuée lundi. A ce stade, "rien ne peut confirmer l'hypothèse d'une agression sexuelle", a indiqué la procureure vendredi. 

Le compagnon de la victime alerté par l'école

La disparition de cette femme avait été signalée par son compagnon, alerté par l'école parce que sa compagne ne s'était pas présentée pour récupérer ses deux enfants. Mère au foyer, cette femme d'origine tunisienne faisait régulièrement des joggings l'après-midi.

Un important dispositif a alors été mis en place pour tenter de la retrouver. Son corps a été découvert dans le secteur de Courbessac, un paisible quartier résidentiel de Nîmes, à quelques centaines de mètres de l'école de police et du centre de rétention.