Cet article date de plus de dix ans.

Une grève d'agents d'EDF réduisait jeudi la production d'électricité dans les centrales françaises

Ces agents entendent défendre leurs tarifs préférentiels d'électricité et de gaz. Un avantage dont bénéficient quelque 300.000 actifs et retraités, à l'origine d'une des plus grandes grèves du secteur dans les années 80.La direction de l'entreprise publique se refuse à donner des chiffres sur la baisse de production.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'une des tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) (AFP - JEAN PIERRE MULLER)

Ces agents entendent défendre leurs tarifs préférentiels d'électricité et de gaz. Un avantage dont bénéficient quelque 300.000 actifs et retraités, à l'origine d'une des plus grandes grèves du secteur dans les années 80.

La direction de l'entreprise publique se refuse à donner des chiffres sur la baisse de production.

Elle a indiqué que le taux de grévistes était de 42,2 % à midi, et que le mouvement n'avait pas d'impact sur les usagers.

Selon la CGT, la baisse de la capacité de production représentait jeudi à la mi-journée plus de 14 % de la capacité nucléaire nationale. Le mouvement concerne 12 centrales nucléaires (sur 19), affirme le syndicat. Ces baisses de capacité n'entraînent pas de coupures de courant, mais diminuent les volumes disponibles pour l'exportation, précise la CGT.

74 % de l'électricité produite en France est d'origine nucléaire.

Les règles d'application des tarifs préférentiels, sujet très sensible chez les salariés d'EDF, pourraient être modifiées. "Il n'y a pas eu de décision gouvernementale sur le sujet. Mais en même temps, il n'est pas anormal que cela tienne compte de l'évolution des tarifs", a déclaré le ministre de l'Industrie et de l'Energie, Eric Besson.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.