Une centaine de salariés d'Emmaüs ont manifesté mardi devant le siège parisien de l'association

Ils participaient à la 1re grève de l'histoire de l'association, à l'appel des syndicats Sud, FO et CGT, pour dénoncer leurs conditions de travail, demander une meilleure reconnaissance de leur travail et des négociations sur les salaires.Le délégué général de l'association, Didier Cusserne, a annoncé des négociations sur les salaire pour mercredi.

Rassemblement des salariés d\'Emmaüs devant le siège de l\'association à Paris, le 9 mars 2010.
Rassemblement des salariés d'Emmaüs devant le siège de l'association à Paris, le 9 mars 2010. (AFP/OLIVIER LABAN-MATTEI)

Ils participaient à la 1re grève de l'histoire de l'association, à l'appel des syndicats Sud, FO et CGT, pour dénoncer leurs conditions de travail, demander une meilleure reconnaissance de leur travail et des négociations sur les salaires.

Le délégué général de l'association, Didier Cusserne, a annoncé des négociations sur les salaire pour mercredi.

Educateurs, assistantes sociales, permanents syndiqués ou non, travaillant dans les centres d'hébergement, les accueils de jour ou les maisons relais à Paris et en Ile-de-France, ont accroché des banderoles sur la façade du siège de l'association, rue des Bourdonnais, dans le 1er arrondissement de la capitale.

"C'est un ras le bol général, nous avons été à la table des négociations (entamées depuis juin 2009, ndlr) et nous étions face à du mépris et un peu de compassion", a déploré Latifa Abed, déléguée syndicale CGT, demandant "l'application du Code du travail" pour des salariés, dont certains "sont rémunérés en-dessous de la convention collective du secteur". Les salariés "attendent un geste fort de la direction, a-t-elle ajouté. Nous espérons que cette grève ne durera pas: Emmaüs n'est pas une entreprise comme les autres".

L'intersyndicale s'insurge contre l'introduction d'une politique de management "où on nous parle plus d'objectifs chiffrés que des gens que nous accueillons", peu compatible avec l'esprit de l'association, selon les termes de plusieurs salariés.

L'association Emmaüs gère cinq équipes de maraude, 12 espaces d'accueil, 29 centres d'hébergement, neuf maisons relais et des logements d'insertion. Elle emploie 490 salariés, dont 410 en contrats à durée indéterminée et 80 en contrats à durée déterminée.