Cet article date de plus d'onze ans.

Un pompier a été légèrement atteint par balle vendredi soir à Grenoble, dans le quartier de la Villeneuve

Un coup de feu a blessé le jeune homme au bras alors qu'il intervenait sur des feux de voiture, a indiqué la préfecture. La voiture de police qui accompagnait les pompiers a aussi essuyé des tirs.Des incidents s'étaient produits dans le quartier de la Villeneuve en juillet dernier après la mort d'un jeune homme du quartier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le quartier de la Villeneuve à Grenoble (archives, 17 juillet 2010) (F2)

Un coup de feu a blessé le jeune homme au bras alors qu'il intervenait sur des feux de voiture, a indiqué la préfecture. La voiture de police qui accompagnait les pompiers a aussi essuyé des tirs.

Des incidents s'étaient produits dans le quartier de la Villeneuve en juillet dernier après la mort d'un jeune homme du quartier.

Le pompier blessé a été emmené à l'hôpital où son état de santé n'inspire pas d'inquiétude. "Il va bien. Il a eu une blessure au bras. Normalement il devrait sortir ce midi ou en début d'après-midi", a déclaré devant la presse le préfet de l'Isère, Eric Le Douaron, alors qu'il se rendait au chevet du blessé au CHU de Grenoble.

Aucune interpellation n'a eu lieu après les coups de feu, et on ignore encore le type d'arme qui a été utilisée. Deux impacts de balles ont été relevés sur la voiture de police, sur le capot et sur la plaque d'immatriculation, a indiqué la préfecture.

A la mi-juillet, des jeunes de la Villeneuve avaient brûlé des voitures et affronté les forces de l'ordre pendant trois nuits après la mort de Karim Boudouda, 27 ans. Cet enfant du quartier avait été tué dans un échange de tirs avec la police au terme d'une course- poursuite après le braquage du casino d'Uriage-les-Bains.

A la suite de ces incidents, le président Nicolas Sarkozy avait prononcé un discours à Grenoble dans lequel il établissait un lien entre immigration et délinquance. Il avait alors prôné un durcissement de la répression contre la délinquance et la déchéance de la nationalité pour les personnes d'origine étrangère auteurs d'agression contre des représentants de la force publique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.