Un incendie dans une maison de retraite fait trois morts

Une troisième pensionnaire, qui avait fait un arrêt cardiaque après l'incendie, est morte vendredi après-midi.

Un incendie mortel a touché la maison de retraite \"Les Flots\" de La Rochefoucauld (Charente) dans la nuit de jeudi 17 à vendredi 18 novembre 2011.
Un incendie mortel a touché la maison de retraite "Les Flots" de La Rochefoucauld (Charente) dans la nuit de jeudi 17 à vendredi 18 novembre 2011. (CÉLINE LEVAIN / SUD OUEST / MAXPPP)

L'incendie qui s'est déclaré dans la nuit de jeudi 18 à vendredi 19 novembre dans la chambre d'une maison de retraite de La Rochefoucauld (Charente) a tué trois personnes, selon un nouveau bilan communiqué par le parquet.

Les trois victimes, qui faisaient parties des 81 pensionnaires, sont deux hommes âgés de 90 et 82 ans et une femme de 87 ans. Cette dernière, qui avait fait un arrêt cardiaque, avait été hospitalisée dans un état grave à l'hôpital d'Angoulême. Elle est décédée vendredi après-midi. Onze autres personnes ont été blessées.

Une cigarette mal éteinte à l'origine du sinistre ?

L'incendie s'est déclaré vers 2h30 dans une chambre située au rez-de-chaussée de la maison de retraite "Les Flots" et a été éteint vers 4h30. L'origine du sinistre reste à déterminer mais selon Danièle Polvé-Montmasson, la préfète de Charente interrogée par BFM TV, "l'enquête devra confirmer" si l'incendie est dû à une cigarette mal éteinte.

Selon le maire de La Rochefoucauld interrogé par Europe 1, l'un des trois pensionnaires qui a perdu la vie "était un grand fumeur, on lui avait déjà enlevé plusieurs fois son tabac et ses briquets". 

"La localisation extrêmement confinée de l'incendie et les habitudes de la personne laissent prospérer l'hypothèse (d'une cigarette mal éteinte) qui en tout état de cause a besoin d'être confirmée par l'enquête", a déclaré la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot, qui s'est rendue sur place dans l'après-midi, précisant qu'"en première analyse, il n'y a pas de vétusté", ni de "mauvais encadrement" dans l'établissement.

"Evacuation rapide"

"Le système d'alarme a fonctionné et le personnel a évacué l'établissement rapidement", précise la préfète. Environ 70 pompiers de douze casernes ont été mobilisés ainsi que de nombreuses ambulances.

Une fois le feu éteint, les pensionnaires ont été rassemblés dans la salle à manger de l'établissement, ont indiqué les pompiers qui procédaient vers 5 heures au désenfumage du bâtiment. 

La maison avait déjà été touchée par un incendie en septembre 2010, selon La Charente libre, qui avait détruit les combles sans faire de victime.