Cet article date de plus de dix ans.

Un homme qui retenait deux employés de Pôle emploi à Paris s'est rendu et son arme était factice.

La prise d'otage avait débuté vers 11h30. L'homme a retenu la directrice et le sous-directeur de l'agence Pôle emploi de la rue Pelée, dans le 11e arrondissement de Paris pendant près de trois heures, avant de se rendre à la police. Les otages sont sains et saufs.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'homme, armé d'une arme de poing, a pris deux agents de pole emploi en otage le 17 octobre 2011. (ALEXANDER KLEIN / AFP)

La prise d'otage avait débuté vers 11h30. L'homme a retenu la directrice et le sous-directeur de l'agence Pôle emploi de la rue Pelée, dans le 11e arrondissement de Paris pendant près de trois heures, avant de se rendre à la police. Les otages sont sains et saufs.

Le preneur d'otages a téléphoné et transmis un mail au site internet d'informations Rue89 pour faire part de ses revendications.

Christian Denisot, un informaticien au chômage, se dit armé d'un pistolet. Il retiendrait la directrice de cette agence Pôle emploi et le sous-directeur. "Je m'appelle Christian Denisot, 45 ans, intelligence moyenne, culture moyenne, sans talents particuliers, Français moyen", écrit-il, selon des extraits de sa missive publiés sur le site de Rue89.

"Depuis le début des années 2000, comme pas mal de citoyens français, je galère; mais depuis quelques années, j'ai amorcé les étapes ultimes qui mènent à la précarité", poursuit-il.

"Mon âge est, à l'évidence, devenu un handicap certain dans ma recherche d'emploi (en fait, dès 35 ans vous êtes trop vieux). Les CDI sont introuvables. CDD de plus en plus rares, de moins en moins qualifiés et rémunérés", ajoute-t-il.

Il réclame en outre "la dissolution des groupuscules sionistes violents" en France. L'homme assure "ne représente(r) aucune idéologie politique, aucune religion", mais être seulement "un simple citoyen avec ses convictions et sa conscience".

Une cellule psychologique a été mise en place pour les employés du site, qui sera fermé mardi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.