Cet article date de plus de dix ans.

Un homme, déjà condamné pour 12 viols sur mineurs en 1996, a été écroué lundi pour l'enlèvement et viol d'une fillette

Un homme déjà condamné pour douze viols sur mineurs en 1996, et écroué lundi pour l'enlèvement et le viol vendredi à Toulouse d'une fillette de 5 ans, a été arrêté une heure après avoir abandonné sa victime dans son quartier grâce à la mobilisation du voisinage.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des enfants jouent le 17 avril 2011 à La Faourette (Toulouse) sur l'aire de jeu où une fillette a été enlevée (AFP. Remy Gabalda)

Un homme déjà condamné pour douze viols sur mineurs en 1996, et écroué lundi pour l'enlèvement et le viol vendredi à Toulouse d'une fillette de 5 ans, a été arrêté une heure après avoir abandonné sa victime dans son quartier grâce à la mobilisation du voisinage.

Le calvaire de la petite fille, enlevée dans une aire de jeu au pied de son immeuble du quartier sensible de la Faourette au Mirail vendredi vers 18h30, a duré près de sept heures, jusqu'à ce que son ravisseur de 40 ans l'abandonne non loin de là, peu avant 01h30 du matin, a-t-on appris de source judiciaire.

"Il y a eu un élan collectif de tout le quartier qui mérite d'être souligné: très vite la famille et les voisins se sont mis à la recherche de la petite, la police a ensuite organisé les recherches mais le voisinage est resté mobilisé toute la soirée", a déclaré le procureur de la République de Toulouse Michel Valet.

"Quand l'homme a déposé l'enfant, un habitant du quartier a donné toutes les informations à la police qui lui ont permis d'arrêter le suspect vers 02h30 à Muret", à une vingtaine de kilomètres de Toulouse.

Rappel des faits
Selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la police judiciaire, lors de l'enlèvement le suspect aurait fait monter la fillette dans sa voiture alors qu'elle s'était un peu éloignée de l'aire de jeu vers le parking. Les parents n'auraient d'abord constaté que sa disparition et entrepris des recherches alentour. Le scénario de l'enlèvement serait apparu ensuite, après le témoignage d'un petit camarade de jeu de la fillette.

La procédure "Alerte-enlèvement" n'a pas été utilisée "car nous n'avions pas d'emblée les renseignements très précis qui sont nécessaires, la certitude de l'enlèvement, ses modalités", a indiqué le procureur.

Le suspect poursuivi pour enlèvement
Le suspect, célibataire sans enfant, est poursuivi pour "enlèvement, séquestration et viol sur mineure de 15 ans en récidive légale".

Selon le journal La Dépêche du Midi, "il aurait reconnu les faits et expliqué sa volonté de partir à l'étranger". De source proche de l'enquête, il n'a pas expliqué les raisons qui l'ont poussé à reconduire sa victime près de chez elle.

Multirécidiviste, il a d'abord été condamné en 1996 à 15 ans de réclusion par la cour d'assises de l'Essonne pour douze viols sur mineurs de moins de 15 ans et séquestration commis en 1993 et 1994, a-t-on appris au parquet de l'Essonne.

Bénéficiant d'une libération conditionnelle en 2006, il était encore condamné en 2009 à 2 ans d'emprisonnement par la cour d'assises de Rennes pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans, avec obligation de suivi médical pendant 5 ans.

Sorti de prison l'été dernier, il s'était installé près de Muret et "suivait depuis régulièrement des consultations psychologiques et psychiatriques", a ajouté le procureur. La dernière remonte au jour de l'enlèvement de la fillette à Toulouse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.