Cet article date de plus d'onze ans.

Un gendarme a été grièvement blessé lors de manifestations contre la vie chère à Mayotte

Les manifestations ont tourné aux affrontements avec les forces de l'ordre et des renforts devaient être dépêchés dans l'archipel français de l'Océan indien.La ministre de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard a appelé au calme, au soir d'une journée de troubles sur Petite-Terre, une île de 15 km2 où se situe l'aéroport de Mayotte.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les forces de l'ordre lors des manifestations contre la vie chère à Mayotte le 02 décembre 2009 (France 2)

Les manifestations ont tourné aux affrontements avec les forces de l'ordre et des renforts devaient être dépêchés dans l'archipel français de l'Océan indien.

La ministre de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard a appelé au calme, au soir d'une journée de troubles sur Petite-Terre, une île de 15 km2 où se situe l'aéroport de Mayotte.

Un gendarme de 27 ans, gravement blessé aux reins, a été un temps "entre la vie et la mort", a déclaré à l'AFP le préfet de Mayotte Hubert Derache. Mais la direction de la Gendarmerie nationale annonçait dans la soirée que son pronostic vital n'était plus engagé.

Des accrochages sporadiques avec harcèlement des forces de l'ordre par des petits groupes de jeunes gens se sont poursuivis dans la soirée sur Petite-terre où des troncs d'arbre étaient incendiés. Les barrages ont été dégagés, et l'aéroport a fonctionné normalement même si nombre de voyageurs ont manqué leur vol en raison des rues barrées.

Toute la matinée, des incidents s'étaient succédé sur l'île et la police a procédé à plusieurs arrestations.

Les troubles ont éclaté à la veille d'une réunion du conseil général qui devait décider jeudi d'une hausse du prix d'accès aux barges assurant, toutes les demi-heures dans chaque sens, la liaison entre les deux parties de Mayotte. Grande-terre, principal île mahoraise (363 km2) est en effet séparé par un bras de mer de 2 km de Petite-Terre, une île de 15 km2.

Le ticket devait passer de 0,75 centime d'euro à un euro. Dans un souci d'apaisement, la délibération a été retirée de l'ordre du jour. Le conseil général devait demander une aide exceptionnelle de l'Etat pour ce territoire qui accuse plus de 90 millions d'euros de déficit.

"On a des soucis pour nos enfants. Ils meurent de faim. La vie est chère à Mayotte ", hurlait une mère de famille dans la manifestation. Les manifestants ont aussi dénoncé la gestion du conseil général, et demandé la tête de son président, Ahamed Attoumani Douchina (UMP).

Jean-Paul Musquin, membre du "collectif des citoyens perdus", accusait: "la population, avec de petits moyens de subsistance, des salaires minimes, ayant à peine de quoi se nourrir, n'a pas à subir les errements des élus". L'ancien président du conseil général Said Omar Oili décrivait auprès de l'AFP "une vraie atmosphère d'insurrection".

La collectivité de Mayotte doit devenir département en 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.